Corée du Sud, le bilan

A priori, passer cinq semaines dans un si petit pays pourrait sembler excessif. Eh bien, pas du tout ! A l’exception de Séoul qui ne nous a pas conquis, on s’est régalés sur toutes les autres destinations, avec en particulier un coup de cœur pour les nombreux temples perdus dans la montagne. Et surtout, on a vraiment apprécié la gentillesse des Coréens, même si la barrière de la langue a souvent été un frein dans les relations. Un bémol toutefois : on n’a pas réussi à « accrocher » plus que ça à la cuisine coréenne


Formalités, visa

Les visiteurs français bénéficient d’une autorisation de séjour de 90 jours sans visa ni demande préalable. Le passage de la douane – en ce qui nous concerne, effectué à la gare maritime de Busan – est rapide et on ne nous a pas demandé de billet de retour / continuation.


Logement

On a réservé nos hébergements via le site de Booking.com. Notre budget étant serré, nous avons privilégié les petits hôtels tout en conservant un niveau de confort relatif : salle de bain privée, climatisation, wifi et situation centrale.

La plupart du temps, les chambres sont équipées de frigo et bouilloire, et chaque jour, on nous fournit des petites bouteilles d’eau minérale (sinon, il y a un distributeur d’eau purifiée à la réception).

Le petit-déjeuner est parfois inclus : à l’exception de l’hôtel de Jeju où le buffet était varié et bien fourni, on a rarement eu autre chose que du pain de mie et de la confiture.

Autre point positif : des machines à laver sont en libre-service dans presque tous les établissements ! Pratique et économique, reste juste à être un poil ingénieux pour étendre le linge car il n’y a pas de sécheuse…

En revanche, on a moins aimé les salles de bain dont la douche est rarement équipée d’un bac : inondation garantie ! Enfin, sans être vraiment sales, les chambres – et surtout le sol – ne brillent pas par leur propreté… Mais cette remarque est récurrente, dans tous les pays traversés lors de notre tour du monde, on a régulièrement constaté un certain laisser-aller à ce niveau !

A l’exception de l’hôtel Vestin Villa à Séoul, nous avons été satisfaits de nos choix, même si le luxe était rarement au rendez-vous ! Une exception, tout de même, à Gyeongju où le N Motel nous a carrément enchantés en offrant des équipements de grande qualité et même une baignoire à deux places !

Côté budget, on a apprécié les prix relativement doux ainsi que la possibilité de payer en CB presque partout.  Si on fait la moyenne de nos hébergements, nous avons dépensé 29.40€ par nuit pour deux.

Pour info, nos hébergements sont listés en détail, en bas de chaque article.


Nourriture

On ne va pas mentir, la cuisine coréenne ne nous a pas conquis… C’est surprenant, car nous avions bien apprécié certains restos coréens testés en Nouvelle-Zélande ou au Japon. Mais dans le pays, à l’exception d’un très bon bulgogi – barbecue coréen – et de quelques bibimbaps chauds, on a trouvé que les saveurs manquaient de variétés, et étaient toujours très pimentées et peu parfumées. Les assortiments de kimchi, servis automatiquement dès que l’on s’installe, sont très épicés, et on n’a pas vraiment aimé le poisson séché ou le chou fermenté… De même, on n’a pas été tentés par la viande – trop grasse – ni par les poissons ou les fruits de mer. On a tout de même fait une première : manger du poulpe cru ! Pas franchement mauvais, mais sans intérêt du point de vue gustatif car très caoutchouteux…

On s’est donc régulièrement rabattu sur les restaurants chinois qui servent souvent des bouchées vapeur et des plats de nouilles ou de riz.

Côté budget, manger au restaurant reste économique et on a rarement dépensé plus de 15€ pour deux. Mais on n’a jamais commandé de boissons alcoolisées ni de sodas, ce qui allège forcément la note.

Pour améliorer nos petits-déjeuners (œufs durs, makis de riz, fruits au sirop, yaourts…) et pour nos diners (noodles instantanées), on a presque toujours tout acheté dans les combinis (7-Eleven, GS25, E-mart ou CU). Là encore, les prix sont très doux. Bizarrement, dans les supermarchés, on ne trouve ni makis ni œufs durs…

Côté boissons, il est très difficile de trouver du vin – que ce soit du local ou de l’export. De plus, les prix restent élevés. Les combinis proposent parfois quelques bouteilles de vin chilien, australien ou californien – surtout du rouge – et il faut compter entre 8 et 10€ la bouteille. En revanche, on trouve facilement de la bière, mais elle a peu de goût… Les Coréens – pas plus sobres qu’ailleurs ! – préfèrent le saké : il y en a partout, mais après en avoir goûté une fois, on n’a pas été emballés. Bon à savoir : tous les combinis vendent des glaçons… Pratique pour l’apéro ou pour se faire un thé glacé !

En moyenne, nous avons dépensé 32€ par jour à deux pour nous nourrir. Comme souvent, c’est sûrement le poste où on aurait pu réduire la note…


Communication, courrier et internet

Langue :  le coréen est vraiment une langue difficile à appréhender. Toutefois, quelques mots et phrases basiques sont toujours bien appréciés : mais on n’est pas allés au-delà ! L’anglais est très peu parlé, même dans les Offices de Tourisme. Du coup, on se débrouille avec le langage des mains… Heureusement, dans le métro ou dans certaines gares routières, le nom des stations est écrit en anglais, tout comme les panneaux routiers.

Poste coréenne : envoyer un paquet depuis la Corée est simple via le système EMS. Les boites en carton sont en vente à la poste (peu chères, aux alentours de 1€) et l’envoi coûte environ 60€ pour un colis de 8kg, livré en France 5 jours plus tard (traçable sur internet). Ne pas oublier de remplir le formulaire de déclaration de douane (en anglais). L’envoi de courrier est lui aussi peu onéreux (0.40€ pour l’Europe), la difficulté restant à dénicher des cartes postales !!!

Internet / Wifi / 4G :  On a acheté une carte SIM 4G, valable 30 jours avec data illimité (55€), dès notre arrivée à la gare maritime de Busan. On a renouvelé l’opération à Séoul pour les 5 jours restant (data illimité, 23.30€ un peu cher au regard de la première carte achetée…). Sinon, on a eu du wifi – plus ou moins efficace – gratuitement dans tous nos hébergements.


Banque et argent

On a retiré une fois de l’argent dans un DAB, non sans mal à Daegu : en effet, de nombreux automates refusaient notre carte étrangère… Prévoir une petite commission, et anticiper son retrait car dans les petites villes de province – comme Suncheon, par exemple, cela semble mission impossible !

Heureusement, on peut payer presque partout avec la CB (Visa surtout), même pour de très petites sommes. Évidemment, cela suppose de négocier avec sa banque la rétrocession des frais, sinon la note risque d’être salée !!!

On a également changé des euros, dans un bureau de change, à un taux correct, à la gare maritime de Busan.


Sites touristiques et musées

La plupart des sites que nous avons visités sont des temples et des villages « folkloriques » (reconstitution avec maisons anciennes). L’entrée est parfois payante mais le tarif est symbolique, rarement plus de 2/3€. Autant dire qu’à ce prix, on ne se prive d’aucune visite ! Les musées sont assez peu nombreux, mais guère plus chers voire gratuits comme l’excellent musée national de Séoul.

A Séoul, il existe un pass intéressant qui, pour un prix modique, permet de visiter tous les palais, le jardin secret et un sanctuaire.

Pour info, nous avons dépensé à deux 125€ pour toutes les visites effectuées durant ces 36 jours, ce qui revient à 1.75€ par jour et par personne !

Pour info, nos visites sont listées en détail, en bas de chaque article.


Transports

Train longue distance : pas utilisé

Bus longue distance : véhicules très confortables, à 3 ou 4 sièges par rangée, avec chauffeurs prudents et sympathiques. On a rarement réservé nos trajets à l’avance (car cela nécessite d’aller à la gare routière) et on a toujours eu de la place. Il faut dire que les départs sont fréquents. Bien que le pays soit tout petit et qu’un voyage dure rarement plus de quatre heures, il y a toujours une pause de quinze minutes à mi-parcours. Comparés au standards européens, les tarifs sont très bas (aux alentours de 5€ les 100km).

Ferries : on a d’abord emprunté le ferry pour venir en Corée depuis le Japon, ligne Shimonoseki / Busan avec la compagnie Kampuferry. Rien à redire sur cette traversée effectuée de nuit, en seconde classe (tatami ou lit en dortoir), 280€ pour deux l’aller / retour. On peut réserver son passage en envoyant un mail à la compagnie (voir les détails à fournir sur leur site), et on paye en CB à la gare maritime. Simple et efficace ! Attention : la taxe de port – 4300₩ – doit être régler uniquement en cash (donc garder suffisamment pour éviter un retrait équivalent à quelques euros ) ! La taxe fuel – 6000₩ – peut se payer avec la CB. Le principe est le même quand on embarque au Japon (taxes de port à payer en cash et en yen). Sur le bateau, le yen est la seule monnaie acceptée ! A bord, restaurant – prix corrects – et boutique duty free.

En revanche, il nous a été plus difficile de réserver notre place pour un passage sur l’ile de Jeju, les sites web des compagnies maritimes étant exclusivement en coréen. On est donc passés par un office de tourisme (à Busan) qui a fait la démarche pour nous, et on a payé notre billet une fois sur place. Là encore, la traversée a été agréable et rapide (environ 5h sur un bateau « lent »). Mais on n’a pas apprécié les nombreuses marches à grimper avec les bagages pour monter à bord

Location de voiture et état des routes :  bonne nouvelle, en Corée, on roule à droite ! On a loué une voiture pendant 5 jours sur l’ile de Jeju : idéal pour découvrir des endroits peu accessibles en transports. Les routes sont bonnes, et s’orienter est assez facile – même sans GPS, celui fourni étant en coréen. Les parkings sont parfois payants mais très peu chers (moins de 1€ de l’heure). L’essence, toujours servie par un pompiste, est à environ 1.20€ le litre mais les distances étant courtes, on ne consomme pas grand-chose. Nos cinq jours de location (via Rentalcar) nous ont coûté 145€ (essence et parkings inclus). Seul inconvénient : la voiture était à prendre dans une agence un peu éloignée de l’aéroport mais accessible par navette gratuite (pas très pratique pour nous qui arrivions du port).

Transports locaux : très pratiques et bon marché. On trouve des bus dans les petites villes, et des métros dans les villes plus importantes (Busan, Daegu, Séoul). L’achat d’une carte Tmoney ou Cashbe dans un combini (environ 4€) est un bon plan car on n’a pas à se soucier d’avoir l’appoint pour payer son billet, et cette carte unique est valable dans tous les bus ou métros du pays : à quand un tel système en France ? La carte est rechargeable dans les 7-Eleven, GS25 ou CU, en cash. Pour info, un ticket de bus ou de métro (avec cette carte qui offre, en outre, une petite réduction) coûte aux alentours de 1€, rarement plus. Il faut savoir aussi que, grâce à cette carte, les correspondances – dans un laps de temps de 20mn – bénéficient d’un tarif largement minoré.

Taxi : là aussi, les tarifs peu élevés incitent à les emprunter. Mais il faut s’attendre à un service minimum : le chauffeur ne quitte jamais son volant, on charge soi-même les bagages, et ensuite il reste à tenter de faire comprendre son adresse, même quand celle-ci est écrite en coréen ! Reste alors à guider le taxi à bon port, via Google Map (d’où l’intérêt d’avoir de la 4G !)… En revanche, le compteur est toujours mis en route sans problème. Pour infos, nos déplacements ne nous ont jamais coûté plus de 6€ (et souvent bien moins), pour des courses de quelques kilomètres en ville.

Pour info, nos transports locaux sont listés en détail, en bas de chaque article.


Bon à savoir

  • Il y a des toilettes publiques gratuites absolument partout. Et en plus, elles sont propres ! Attention, une fois sur deux, les loquets se ferment à l’envers…
  • Pour les fumeurs, on trouve des Marlboro dans tous les combinis. Compter environ 3.50€ le paquet. Mieux vaut acheter une cartouche sur le ferry, dans le duty free shop (environ 28€). Attention : il y a de nombreuses portions de quartiers interdites de cigarettes ; mais comme aucun espace dédié n’est prévu, tout le monde passe outre… Prévoir un cendrier de poche, les poubelles étant plutôt rares.
  • L’eau du robinet est potable mais on a préféré boire de l’eau minérale.
  • On a pu laver notre linge gratuitement dans les hôtels. A Jeju, où le service n’était pas proposé, on a eu du mal à trouver une laverie…
  • Les prises électriques sont identiques aux prises françaises, 220V.
  • On a apprécié les prix raisonnables partout – et dans tous les postes budgétaires – sans fluctuation énorme, même en milieu touristique.

Tourisme, guides de voyage, souvenirs, liens utiles

  • On a préparé ce voyage avec le Guide Vert Michelin Corée, très complet sur le plan culturel (mais trop lourd pour être emporté). Sur place, on a utilisé le Guide Lonely Planet Corée (dans sa version numérique, très pratique car on l’a téléchargé à la fois dans l’ordi et le téléphone).
  •  Les Offices de Tourisme n’offrent que peu de documentation en anglais. En général, on doit se contenter d’un plan de ville… De plus, le personnel parle rarement anglais.
  • Très complet, en français, et à consulter avant le départ ou pendant le voyage, le site officiel de tourisme : Visit Korea
  • Dans les villes et sites touristiques, on trouve partout les mêmes souvenirs : la production artisanale est peu variée mais semble de qualité. A rapporter dans ses valises : petites pochettes en tissu, éventails, carillons de temple, produits cosmétiques, chaussettes…
  • Imaginarios del Mundo, un super site, réalisé par des Espagnols, qui retrace leur voyage de 5 semaines en Corée (2013). Merci à eux pour les infos pratiques !
  • Fabuleux détour, un blog de voyage en français avec des articles sur la Corée (2015).
  • Voyage en Corée, un site plutôt pratique sur le pays, avec quelques infos intéressantes et marrantes…

Notre itinéraire

Nous avons passé 36 jours / 35 nuits en Corée du Sud, ce qui nous a permis de bien sillonner le pays, à l’exception de son quart nord-est.


Budget

La Corée n’est pas une destination très onéreuse, que ce soit au niveau de l’hébergement, de la nourriture, des transports ou encore des visites.

Nous avons donc dépensé – tous postes confondus – 3551€ pour 36 jours / 35 nuits, soit environ 98.65€ par jour pour deux personnes.

Bilan Corée

  • Attention, le ferry AR depuis le Japon n’apparaît pas dans ce camembert (pour info, 280€ AR pour deux)
  • Le poste « divers » est assez élevé car il inclut un rachat de médocs et l’envoi de deux paquets pour la France en EMS…

En vrac… en Corée !

  • 36 jours / 35 nuits
  • 35 nuits d’hôtel via Booking.com
  • 2 trajets en ferry local, pour environ 10h de voyage
  • 7 liaisons en bus longue distance, soit 20h de voyage
  • 190km à pied et des milliers de marches gravies !
  • 16 temples, 5 palais royaux, 6 villages folkloriques, 7 musées, 1 plantation de thé, 1 jardin botanique et de nombreux marchés…

Coups de cœur…

(dans l’ordre chronologique de notre voyage)

  • La gentillesse des Coréens
  • La ville de Busan, et plus particulièrement le quartier animé de Nampo
  • Le temple de Beomeosa, au nord de Busan, malgré la pluie !
  • Les bouchées à la vapeur faites « maison » de certains petits restos de rue
  • Le Jagalchi market à Busan, avec ses poissons et fruits de mer inconnus pour nous
  • Le temple Haedong Yonggung, situé en bord de mer
  • Le Gamcheon village très coloré de Busan
  • L’hôtel N à Gyeongju, une adresse à recommander !
  • Le parc des tumuli à Gyeongju
  • Le beau temple Bulguksa, non loin de Gyeongju
  • Le Yangdong Folk village, le plus authentique de tous ceux que l’on a visités
  • Le bulgogi dégusté à Gyeongju
  • Le temple Haeinsa au petit matin, et la rando qui a suivi…
  • Les azalées du Parc botanique de Suncheon
  • Les temple Songgwangsa et Seonamsa, perdus en pleine montagne
  • Le petit port de Wando où on se sent au bout du monde !
  • La côte sud et est de l’ile de Jeju, et en particulier la falaise aux orgues basaltiques
  • Le marché de Jeju-city, très coloré
  • Le Jeju Stone Park
  • Le Love land, à Jeju : drôle et bon enfant !
  • Le ferry de Jeju à Mokpo
  • L’accueil chaleureux à la White Windmill Guesthouse de Mokpo
  • Le village hanok et le petit temple Wongaska à Jeonju
  • Les deux superbes temples du Parc Provincial de Maisan
  • Les cérémonies de relève de la garde à Séoul
  • Le musée national Folklorique et le musée national de Corée, à Séoul
  • La balade le long du canal Cheonggyecheon, à Séoul
  • Le jardin secret du Palais Changdeokgung
  • La démonstration de taekwondo et les concerts du Namsangol Hanok village, notre coup de cœur dans la capitale !
  • Le Dongdaemun Design Plaza, à Séoul : superbe réalisation architecturale ! Notre second coup de cœur !
  • La facilité pour utiliser les transports, que ce soit le métro ou les bus, et ce dans tout le pays…

Surprenant !

  • Presque toutes les femmes de plus de 50 ans portent une visière ultra-large pour se protéger du soleil…
  • Les chemins de randonnée sont souvent recouverts de tapis en corde de coco : confortable !
  • A la différence du Japon où la population semble avoir adopté à 50% le port du masque jetable sur le visage, en Corée, celui-ci semble moins en vogue. Toutefois, quand il est utilisé, c’est souvent un masque de couleur noire, en tissu réutilisable.
  • Le kimchi – des légumes fermentés très épicés – servi à tous les repas, et dès le petit-déjeuner : décapant !
  • On n’avait jamais vu autant de tours d’habitation si hautes : partout, il y a des forêts d’immeubles assez moches d’au moins 40 étages…
  • Toutes les plaines côtières, les vallées et les vallons sont urbanisés au maximum ou cultivés. Par contre, les collines et montagnes sont laissées intactes. Même le petit mamelon à l’intérieur d’une ville n’est pas construit… Busan semble être l’exception avec des maisons s’étageant sur les hauteurs de la ville.
  • Les Coréens sont fous de selfies. A la fin, ça finit par devenir un peu énervant de les voir « monopoliser » le paysage en prenant des poses improbables…

On a moins aimé…

  • Le Taejongdae Park à Busan qui, bien qu’en bord de mer n’offre aucune vue sur celle-ci !
  • Le kimchi, surtout servi au petit-déjeuner ! (on se répète, mais ça nous a marqué !)
  • Les lits, toujours très durs…
  • Les futons, encore plus raides pour le dos !
  • Le manque d’amabilité des chauffeurs de taxi
  • La difficulté pour trouver un ATM acceptant les cartes étrangères à Daegu
  • Les 4 jours de pluie à Jeju
  • Les nombreuses marches pour monter dans le ferry, avec les bagages…
  • Avoir prévu 9 jours à Séoul : beaucoup trop long !
  • Les palais impériaux de Séoul, vides et sans âme…
  • L’hôtel Vestin Villa, à Séoul

2 réflexions au sujet de « Corée du Sud, le bilan »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s