Nouvelle-Zélande, le bilan

Cette étape de notre tour du monde était à la fois touristique et familiale. Nous avons donc visité pendant trois semaines l’ile du Sud et Wellington, puis nous sommes remontés à Auckland où nous sommes restés deux semaines à Auckland / Devonport, avant de repartir pour une semaine de découvertes à travers l’ile du Nord, puis de retourner une semaine à notre port d’attache ! Dans l’ensemble, ce sont surtout les paysages qui nous ont emballés, les animaux et surtout les oiseaux, les bords de mer bien sûr, mais aussi – et surtout ! – la fabuleuse zone volcanique de Rotorua. Sans oublier non plus, les verts pâturages tant appréciés des Hobbits


Formalités, visa

Les visiteurs français bénéficient d’une autorisation de séjour de 90 jours sans visa ni demande préalable. Le passage de la douane est rapide, et mieux vaut ne pas plaisanter avec certaines restrictions. Ainsi, il est strictement interdit d’importer des produits frais, du miel, des produits laitiers, des graines comme la lavande par exemple… Le matériel de randonnée doit être déclaré et on inspecte la semelle de nos chaussures avant de nous laisser passer ! Côté cigarettes, là encore, la règle est plus stricte que pour les autres pays et on peut franchir la douane qu’avec 50 cigarettes ou 50gr de tabac à rouler. De grandes poubelles sont prévues pour les excédents… En cas de fraude volontaire ou oubli, l’amende est salée !


Logement

On a réservé presque nos hébergements via le site de Booking.com – à l’exception de celui de Devonport où nous étions logés chez Lindsay et Peter, dans un charmant petit cottage situé au fond de leur jardin. On y a passé un excellent séjour, encore merci à eux !

Pour les hébergements utilisés lors de nos tours sur l’ile du Sud et sur l’ile du Nord, ceux-ci ont généralement été de bonne qualité, et le confort très correctsalle de bain privée, wifi souvent gratuit. La plupart du temps, on a disposé d’une bouilloire, d’un grille-pain, d’un frigo et d’un micro-onde dans la chambre, agrémenté parfois d’une cuisine commune en plus. Machines à laver et sécheuses sont presque toujours proposées pour quelques dollars.

Ce que nous avons moins apprécié, ce sont les prix très élevés pour la prestation, si on compare à des standards français. Si on fait la moyenne de nos hébergement (hors notre séjour à Devonport), nous avons dépensé 52.60€ par nuit pour deux.


Nourriture

Après l’Amérique du Sud qui nous avait laissés un peu sur notre faim côté gastronomie, la Nouvelle-Zélande nous a carrément coupé l’appétit ! Nous avons commencé notre voyage par l’ile du Sud, et nous restaurer convenablement, de manière équilibrée tout en respectant un budget raisonnable, a été mission impossible ! Heureusement, pendant notre séjour à Devonport, nous nous sommes régalés de sushis, noodles et autres cuisines asiatiques.

Dans l’ile du Sud, nous avons trouvé la nourriture et les boissons très chères pour une qualité assez moyenne. De plus, les supermarchés offrent un choix assez limité, et on a eu l’impression que tout ce que nous achetions était sucré : les beans, la salade de chou et de carottes, la salade de crevettes et même les raviolis ! On s’est donc souvent rabattu sur notre dîner de base : « noodles / olives / Edam local ». Quant aux restos, on n’y est allés qu’une seule fois et le prix était vraiment excessif pour le contenu de notre assiette ! Le reste du temps, nous avons déjeuné dans des take away – nourriture indienne, MacDo, fish and chips, pies… – ou nous nous sommes fait des sandwiches.

En revanche, une fois que l’on est passés sur l’ile du Nord, on a trouvé pléthore de petits restos asiatiques, tous aussi bons les uns que les autres, ce qui nous a permis de nous restaurer à prix modique. On a particulièrement apprécié les sushis, toujours très frais et vraiment bon marché.

On n’a pas trop su quelle était la spécialité locale du pays… Peut-être le fish and chips, toujours servi emballé dans une feuille de papier, et souvent savoureux mais très gras. Il semble surtout que les Néo-Zélandais mangent beaucoup à l’extérieur ou achètent des plats préparés et des take away, même si le barbecue dominical semble être une institution…

Côté boissons, on a apprécié les vins locaux – cépages Chardonnay et Sauvignon blanc – ainsi que les bières bien typées et souvent brassées artisanalement. Et bien sûr, on a eu un coup de cœur particulier pour les sublimes cocktails du bar Care Taker à Auckland !

En moyenne et hors notre séjour à Devonport qui n’était pas révélateur de notre quotidien habituel car nous sommes allés plus souvent que de coutume au resto en famille, nous avons dépensé 37.60€ par jour à deux pour nous nourrir, une somme très élevée pour un voyage au long cours.


Communication, courrier et internet

Langue : on parle partout anglais en Nouvelle-Zélande. Même si le maori est reconnu comme langue officielle, on ne l’a jamais entendu, hormis dans des lieux touristiques.

Poste Néo-Zélandaise : on a envoyé quelques cartes postales, et même un paquet (106$ pour 4.8kg vers la France). Service facile, on trouve les bureaux de poste dans les Kiwi Bank (et inversement).

Internet / Wifi / 3G : on n’a eu aucun problème à se procurer du wifi dans les hôtels et guesthouses. On a aussi acheté une carte SIM locale (chez Warehouse Mobile, 5$ la carte + 30$ la recharge de 4GB, autres recharges à tarifs moins élevés possibles), ce qui nous a permis d’actualiser le blog facilement.


Banque et argent

Nous n’avons eu aucun problème pour retirer de l’argent dans les DAB. Concernant l’utilisation de la CB, elle est acceptée partout, même pour des petites sommes.


Sites touristiques et musées

La Nouvelle-Zélande est une destination réputée pour ses attractions à sensations : survol de glacier en hélico, speed boat, rafting… En ce qui nous concerne, on n’a pas trop testé ces activités, et on s’est contentés des musées et sites naturels.

Si les musées sont la plupart du temps gratuits (comme le superbe Te Papa de Wellington), toute autre sortie nécessite quelques finances. Ainsi, prendre un ferry pour une des iles de la baie d’Auckland coûte en moyenne 35$ l’AR. Et les entrées dans les parcs géologiques de Rotorua – tout comme l’accès au site des Hobbits à Matamata ne sont pas données non plus, mais il faut remarquer que le cheminements et sites sont toujours parfaitement entretenus, donc on a trouvé très logique d’en payer le prix.


Transports

Bus longue distance : franchement, quand on a emprunté la ligne de nuit Auckland / Wellington, on ne s’attendait pas à vivre un tel inconfort et à regretter nos bons vieux bus boliviens (pas si vieux que ça, du reste !). Si les chauffeurs ont toujours été très compétents et sympathiques, on n’a pas trouvé les véhicules à la hauteur du niveau de vie du pays. Les bus sont bondés, avec très peu de place entre les sièges, et sur le trajet aller, il n’y avait pas de toilettes disponibles (bien que présentes dans le bus). Du coup, on a eu droit à quelques courts arrêts où tout le monde se précipitait sur les sanitaires publics. Au retour – ben oui, on est un peu maso, on a fait aussi le retour ! –  le trajet a été bien plus agréable, avec des arrêts plus longs et des toilettes éventuellement disponibles pour les urgences ! Côté tarifs, à 20€ l’AS (réservé 2 mois en avance), on n’a pas trouvé mieux !

État des routes : Dès que l’on sort des grandes agglomérations, on se retrouve sur des routes comparables à nos petites départementales. Cette absence d’infrastructure développée explique la lenteur des liaisons inter-villes… Néanmoins, les routes sont correctes et sans nids de poule !

Location de voiture : que ce soit pour nos trois semaines dans le sud, ou pour nos quelques jours dans le nord, on a loué un véhicule, ce qui nous a permis une grande liberté dans nos déplacements. On conseille totalement cette option car de nombreux sites ne sont pas accessibles en transports en commun. Après, on reste un peu circonspects quant à la location de van ou de camping-car : on a vu trop de panneaux d’interdiction de stationner pour envisager un camping libre en toute sérénité… Ce qui signifie que les véhicules doivent se concentrer dans les campings – payants ou non – autorisés… Un peu frustrant dans un pays qui vante ses espaces sauvages !

Transports locaux : on a utilisé sans problème les bus et ferries urbains à Devonport / Auckland et Wellington. Il est toujours possible de payer directement son billet au chauffeur mais pour Auckland, on a acheté une carte At Hope rechargeable qui permet d’obtenir une belle réduction sur les voyages. Comme toujours pour les bus, on conseille de repérer au préalable le parcours sur Google.map puis de suivre le trajet sur un GPS utilisable hors connexion pour savoir où descendre !

Taxi : pas testé, les transports locaux étant nombreux et sûrement meilleur marché !


Bon à savoir

  • On trouve des toilettes publiques gratuites absolument partout. Et en plus, elles sont propres ! Attention, les loquets se ferment une fois sur deux à l’envers : surprenant !
  • Pour les fumeurs, la Nouvelle-Zélande est un mauvais plan car c’est trèèèèès cher ! Les cigarettes sont en vente dans les supermarchés et les épiceries mais les paquets sont cachés dans de grandes boites blanches. En moyenne, le prix d’un paquet de Marlboro se situe autour de 14.75€.
  • Côté alcool, on trouve facilement bière et vin à prix correct – c’est à dire français, voire un poil plus ! – dans les bars, restos ou épiceries. Attention, ceux qui préfèrent des alcools plus forts, comme le whisky, devront se rendre dans des magasins spécialisés.
  • L’eau du robinet est potable mais on a préféré boire de l’eau minérale.
  • On peut laver son linge dans des Lavomatic comme en France, tarif similaire. Dans les hostels et auberge, le service est aussi possible et bon marché (pour le pays !). Compter en moyenne entre 4€ et 8€ la machine et le séchage.
  • Les prises électriques sont différentes des prises françaises : prévoir un adaptateur !

Notre itinéraire

Nous avons passé 53 jours / 52 nuits en Nouvelle-Zélande, dont un séjour dans l’ile du Sud, une autre dans l’ile du Nord, et le reste du temps à Auckland / Devonport.


Budget

La Nouvelle-Zélande est une destination TRES onéreuse, qui se situe bien plus haut que les standards européens. Toutefois, en anticipant les réservations d’hôtels, on ne s’en sort pas trop mal… D’autant que l’on a été hébergé pendant notre séjour à Auckland. Sans cela, on aurait forcément dû écourter notre séjour, ce qui aurait été dommage. Là où il a été plus difficile de réduire notre budget, c’est – comme souvent ! – sur la nourriture… Mais il faut bien reconnaître que, dans ce pays, on atteint des sommets rien qu’en remplissant un sac de supermarché !

Étant donné que nous avons passé 24 jours / nuits à Auckland en famille, notre budget est totalement faussé. Je préfère donc donner un bilan de nos 28 jours / 27 nuits de vadrouille !

Nous avons donc dépensé – tous postes confondus – 3933€ pour 27 nuits, soit environ 145.70€ par jour pour deux personnes.

Bilan budget Nouvelle Zélande

  • J’ai pris en compte la location de voiture et l’essence dans les transports locaux.
  • Notre budget visite ne reflète pas la réalité car nous avons été invités sur plusieurs visites à Rotorua et à Waitangi, et le site des Hobbits était un cadeau de Noël de ma fille !
  • La première nuit à Auckland n’est pas non plus prise en compte car il s’agissait d’un cadeau de Bryan !

 


En vrac… en Nouvelle-Zélande !

  • 53 jours / 52 nuits
  • 26 nuits d’hôtel via Booking.com
  • 24 nuits chez Lindsay et Peter à Devonport
  • 2 bus longue distance – dont 2 nuits de bus – pour un total de 24h de transports !
  • 17 jours de location de voiture
  • 2 traversées en ferry AR Ile du Nord / Ile du Sud, soit 7h de trajet
  • 10 trajets en ferry à Auckland et dans les environs
  • 18 trajets en bus local
  • 1 trajets en funiculaire
  • 226km à pied !
  • 5 musées, 1 parc animalier, 4 sites volcaniques avec des geysers et 1 diner / spectacle maori

Coups de cœur…

  • Rotorua et ses multiples geysers
  • Le magnifique parc Te Puia, à Rotorua
  • Le spectacle maori de Mitai
  • La splendide balade à pied de la Volcanic Valley
  • Le lac vert fluo et la découverte du parc Wai-O-Tapu
  • Les infos apportées par Margret et Wendy au Buried Village, non loin de Rotorua
  • L’efficacité de Patrick de l’Office de Tourisme de Rotorua (encore une fois, merci !)
  • Le village des Hobbits, non loin de Matamata
  • Le site historique du Traité de Waitangi
  • L’œuvre Hunterwasser à Whangarei
  • L’accueil et la sympathie de Lindsay et Peter à Devonport
  • Les rencontres « famille » presque quotidiennes quand nous étions à Devonport
  • Les cocktails sublimes du bar Care Taker à Auckland
  • Le charme suranné de Devonport et ses maisons anciennes au style victorien
  • L’ascension du volcan Rangitoto
  • La balade en bord de plage de Devonport à Takapuna
  • Les fous de Bassan de Muriwai
  • Le parc Abel Tasman (même si on n’a pas vu grand-chose !)
  • Les nombreux oiseaux et particulièrement le tui, le fantail et le pukeko que l’on voit facilement
  • La rain forest et sa végétation dense et surprenante
  • Notre bungalow sous les arbres, à Motueka
  • La route côtière à l’ouest, le long du Pacifique sur l’ile du Sud
  • Le site géologique des Pancakes
  • Le glacier de Franz Josef (sans le bruit des hélicos !)
  • Le reflet du Mont Cook sur le lac Matheson
  • L’arbre dans le lac de Wanaka
  • La ville de Dunedin et la presqu’ile d’Otago
  • Les phoques de Katiki Point Lighthouse
  • Le parc animalier Willowbank Wildlife Reserve et ses kiwis
  • Le petit côté français d’Arakoa
  • Le site de Waikoura bien que l’on y soit passés en coup de vent !
  • Notre auberge de jeunesse à Picton
  • Toujours à Picton, la balade à pied jusqu’à Bob’s Bay
  • L’unique pingouin bleu, en convalescence à l’aquarium de Picton
  • Le petit – mais très fourni – musée d’histoire de Picton
  • La ville de Wellington, son jardin botanique et le magnifique musée Te Papa
  • Les déjeuners de sushis à Devonport
  • Les fish and chips présentés dans une feuille de papier, toujours un peu gras, mais bons tout de même !
  • La balade à pied sur l’île de Waiheke
  • Le jardin botanique de Whangarei
  • Notre studio très bien équipé à Whangarei

On a moins aimé…

  • Les prix exorbitants dans presque tous les domaines, que ce soit pour l’hébergement, la nourriture ou les visites
  • Le trajet en bus de nuit d’Auckland à Wellington (mais heureusement, le retour s’est mieux passé !)
  • La difficulté pour se restaurer en qualité, à prix corrects
  • Le tarif des hôtels, un peu cher par rapport à la prestation proposé
  • L’AJ de Wanaka, une vraie usine impersonnelle et très chère de surcroît !
  • L’absence de communication réelle avec les gens du pays – kiwis ou maoris
  • La grippe – chopée dans l’avion qui nous amenait du Chili – qui nous a bien fatigués durant notre périple sur l’île du Sud

Ce sera pour une prochaine fois…

  • La rando de 3 jours au parc Abel Tasman
  • La presqu’île du Coromandel
  • Napier et ses vignobles
  • L’ile de Tiritiri non loin d’Auckland
  • Les fjords de Milford Sound
  • Un arrêt à Waikoura
  • La sortie « dauphins » à Akaroa (prévue mais annulée pour cause de mauvais temps)

Une réflexion au sujet de « Nouvelle-Zélande, le bilan »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s