Dans les profondeurs de la mine de la Valenciana, non loin de Guanajuato

Lundi 4 mars

Après avoir avalé rapidement une brioche en guise de petit-déjeuner, à 9h30 on se dirige vers l’arrêt des collectivos pour Valenciana, un petit village situé sur les hauteurs de Guanajuato. Vingt minutes de trajets plus tard, on parvient au site minier, réputé pour ses filons d’argent depuis presque cinq siècles.

On commence par visiter l’église de San Cayetano, aussi appelée Templo La Valenciana, dont la façade tout comme l’intérieur sont richement décorés. Selon une légende, l’Espagnol qui découvrit la mine de San Ramón voisine promit à San Cayetano de lui construire une église s’il faisait fortune. Une autre raconte que le Conde de Rul, le riche propriétaire de La Valenciana, essaya d’expier l’exploitation des mineurs en faisant édifier la plus belle des églises de style churrigueresque. Quelle qu’en fût la raison, la construction débuta en 1765 et s’acheva en 1788.

Mexique - 1679
Valenciana – Église de San Cayetano
Mexique - 1682
Valenciana – Église de San Cayetano

Le village est vite parcouru car, hormis une placette et l’église, il n’y a pas grand-chose à voir ! On file donc jusqu’à la mine, la Bocamina de San Ramon où on est les seuls visiteurs ; on a donc le guide pour nous tous seuls !

Mexique - 1685
Valenciana – Bocamina de San Ramon
Mexique - 1685-1
Valenciana – Bocamina de San Ramon

C’est ici que fut découverte en 1548 l’un des plus fabuleux gisements d’argent de l’hémisphère Nord. Et la mine de La Valenciana allait, pendant 250 ans, fournir 20% de la production mondiale. Toutefois, le niveau de production le plus élevé est atteint entre 1768 et 1804. En 1765, le roi Charles III d’Espagne provoqua la colère des magnats coloniaux en décidant de réduire la part des richesses qu’ils tiraient de cette manne. Le décret royal de 1767, qui bannit les Jésuites des colonies espagnoles, accrut le mécontentement des barons de l’argent et provoqua celui des mineurs, fidèles à la Compagnie de Jésus. Cette colère trouva son expression dans la guerre d’Indépendance quand, en 1810, le prêtre Miguel Hidalgo lança le mouvement indépendantiste…

On commence par traverser un petit musée où sont exposés quelques peintures, gravures et photos relatives à la mine.

Mexique - 1703
Valenciana – Bocamina de San Ramon – Les dangers de la mine : explosion

Le site présente également les reconstitutions du café ainsi que du magasin où les mineurs venaient se ravitailler.

Mexique - 1719
Valenciana – Bocamina de San Ramon – Café
Mexique - 1711
Valenciana – Bocamina de San Ramon – Reconstitution de la salle du « trésor »

Puis, coiffés d’un casque, on descend dans le puits… L’escalier est raide, mais ce n’est rien en comparaison de l’échelle métallique qu’utilisaient les mineurs : on comprend aisément que la vie de ces hommes étaient rudes, entre les conditions de travail épuisantes et les coups de grisou. Actuellement, cette mine n’est plus exploitée, mais non loin, la Sociedad Cooperativa de Minera Metalúrgica de Santa Fe de Guanajuato continue d’extraire de l’argent à une profondeur de 760m

Mexique - 1718
Valenciana – Bocamina de San Ramon
Mexique - 1698
Valenciana – Bocamina de San Ramon

Après cette visite bien instructive, on jette un œil à la campagne environnanteGérard serait bien allé faire un tour, mais au Mexique, on ne peut pas vraiment dire que les chemins de randonnée soient très développés ! En ce qui me concerne, je trouve le paysage un peu dépouillé – rappelant par moment les sierras espagnoles – et surtout, la chaleur ne m’incite pas vraiment à marcher…

Mexique - 1684-2
Valenciana – Vers la mine
Mexique - 1684-6
Valenciana – Vers la mine

Vers midi et demi, on reprend notre collectivo pour Guanajuato. On descend un peu avant le centre-ville ce qui nous permet de traverser à pied des quartiers moins touristiques. Comme hier, on déjeune sur la place de San Fernando, puis on rentre à l’hôtel en empruntant des petites rues encore jamais parcourues. Demain matin, on prend le bus pour Guadalajara où on restera quatre nuits

INFOS PRATIQUES

  • Collectivo Guanajuato / Valenciana, arrêt en contrebas de l’Alhondiga, au carrefour de la rue Insurgencia (se renseigner pour la localisation exacte), départs assez fréquent, durée 20mn environ, 7$ ~ 0.35€ AS – Descendre au Templo de Valenciana (pour le retour, l’arrêt est en face de l’église).
  • Bocamina de San Ramon, 10h-19h, 45$ ~ 2.05€ – Visite guidée d’une trentaine de minutes, avec descente dans un ancien puits. Possibilité ensuite de découvrir librement le site en surface.
  • Hébergement : Hotel Plaza Baratillo, très bien situé, au cœur de la vieille ville. Préférer les chambres du dernier étage – même s’il faut en grimper trois à pied – car elles jouxtent une superbe terrasse qui domine toute la ville. Chambre bien équipée et impeccable, avec salle de bain. Wifi. Environ 29€ la nuit, résa via Booking.com

Une réflexion au sujet de « Dans les profondeurs de la mine de la Valenciana, non loin de Guanajuato »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s