Fête de la Vierge à Izamal, la Ville jaune du Yucatan

Dimanche 9 décembre

Après le petit-déjeuner pris dans le même resto qu’hier, on part à pied jusqu’à la station des collectivos pour Izamal. Après environ 2km, on se retrouve face à une queue d’une bonne centaine de personnes qui attend un minibus pour la même direction que nous. Bizarre… On abandonne donc cette option et on file à la gare routière Noreste, située à deux blocs. Là, on se met dans la queue du bus de 10h pour Izamal… Eh oui, ici aussi ça bouchonne ! En discutant avec des Mexicains, on apprend qu’il y a aujourd’hui un grand pèlerinage dédié à la Vierge dans ce village d’habitude bien tranquille. Par chance, on parvient à obtenir deux sièges tout au fond du véhicule, tandis que de nombreuses personnes s’entassent dans le couloir, serrées comme des sardines. Et c’est parti pour une heure trente de voyage, bien secoués par les trous de la route  ! Côté clim, vu le monde, elle peine à insuffler le moindre courant d’air frais : on sue à grosses gouttes…

A 11h30, on arrive enfin à Izamal et on se dirige tout de suite vers la place principale, bordée de bâtiments aux murs ocres, mais recouverte – en ce jour de fête – de nombreux stands de marché.

Mexique - 664
Izamal – Palacio Municipal
Mexique - 665
Izamal – Place principale

La Ville jaune, comme elle est surnommée, était autrefois une cité prospère et un important centre religieux dont les temples étaient dédiés au culte d’Itzamná, dieu suprême des Mayas, et au dieu Soleil, Kinich-Kakmó. C’est sans doute cette forte religiosité maya qui incita les colons espagnols à y bâtir un imposant couvent franciscain, lequel s’élève aujourd’hui au cœur de la ville.

Mexique - 680
Izamal – Couvent de Saint Antoine de Padoue
Mexique - 668
Izamal – Couvent de Saint Antoine de Padoue – Procession de la Vierge

On suit donc le flot de pèlerins et on monte la rampe qui conduit au Couvent de Saint Antoine de Padoue. En utilisant les pierres de pyramide de Ppapp-Hol-Chac, les Espagnols édifièrent ainsi l’un des premiers monastères d’Amérique. Commencé en 1533, il fut achevé en 1561, il nous surprend par ses proportions impressionnantes et son immense cour. L’église principale du couvent est le Santuario de la Virgen de Izamal : c’est là que les fidèles se font bénir à la queue leu leu…

Mexique - 672-1
Izamal – Couvent de Saint Antoine de Padoue – Oui, on ne se lasse pas de ces clochetons !
Mexique - 676
Izamal – Couvent de Saint Antoine de Padoue

On fait un tour de l’esplanade où des familles entières sont venues pique-niquer. Du haut de ce petit promontoire, on a une belle vue sur l’animation qui règne dans les rues environnantes !

Mexique - 681
Izamal – Couvent de Saint Antoine de Padoue
Mexique - 684
Izamal – Vue du Couvent de Saint Antoine de Padoue
Mexique - 685
Izamal – Vue du Couvent de Saint Antoine de Padoue

On redescend par une rampe latérale et on fait un petit tour de marché où on retrouve chemises brodées, objets religieux et vendeurs de boissons. On croise aussi un groupe de croyants à vélo : depuis une semaine, on en voit sur toutes les routes et ils sont facilement repérables à la grande Vierge qu’ils transportent sur leur porte-bagage ou au tee-shirt religieux qu’ils portent. En discutant avec l’un d’eux, on comprend qu’ils effectuent une sorte de pèlerinage initiatique – tous sont jeunes – qui devrait s’achever le 12 décembre. Néanmoins, on n’a pas compris leur destination finale, Izamal n’étant qu’une étape !

Mexique - 686
Izamal – Stand d’objets religieux
Mexique - 696
Izamal

Dans une boutique d’artisanat, je craque pour un superbe Panama. Eh hop, un chapeau de plus pour ma collection ! Mais celui-ci sera facile à transporter car il est réalisé avec des fibres de jipi issues d’une palme naine, fibres qui offrent une certaine souplesse et permettent de le rouler sans dommage. Pour info, il faut savoir que les ateliers de Panama sont majoritairement situés dans des grottes du Yucatan où l’humidité et la chaleur sont constantes afin de pouvoir travailler la fibre jípi.

On se balade ensuite dans la petite fête foraine : on adore les manèges qui semblent appartenir à un autre siècle ! L’ambiance est détendue et familiale, c’est vraiment agréable !

Mexique - 706
Izamal – Fête foraine
Mexique - 700
Izamal – Fête foraine

Il se met à pleuvoir – sans vraiment que cela rafraichisse l’atmosphère ! – alors on s’installe sous un barnum pour manger « local » : des grillades de porc cuites au barbecue, accompagnées de galettes de maïs, de chou et d’oignon grillé. Très bon !

Mexique - 707
Izamal – Barbecue !

On fait un dernier tour de ville – c’est vraiment tout petit ! – puis on tente de prendre un collectivo pour rentrer à Merida. Une fois de plus, on abandonne : le véhicule censé nous emmener est blindé, le chauffeur nous assure qu’il reste deux places mais on n’est pas d’accord avec lui, car hormis nous mettre sur le toit, on ne voit pas vraiment où on aurait pu s’asseoir ! Du coup, on va à la gare routière Centro, différente de celle où on est arrivés. On commence à faire la queue pour le bus de 14h, et à l’heure dite, on embarque à bord d’un véhicule franchement hors d’âge. Pour rentrer, c’est la foire d’empoigne, chacun veut une place mais vu la foule, de nouveau, une bonne partie des passagers va devoir voyager debout ! Le retour prend deux heures, sur des petites routes de campagne en empruntant un itinéraire différent du matin. Après un dernier coup de taxi, on est de retour à l’hôtel vers 16h30.

Si la petite ville d’Izamal nous a séduits – surtout avec la fête – en revanche, on a trouvé un peu longuet le transport

INFOS PRATIQUES

  • Bus Mérida / Izamal, départ du Terminal Noreste, quelques bus par jour, durée 1h30, 32$ ~ 1.50€. Possibilité d’emprunter un collectivo (départ rue 65, entre les rues 54 et 52), sûrement plus rapide mais peu confortable. Pour le retour, on a utilisé le bus du Terminal Centro, durée 2h, 42$ ~ 2€, arrivée non loin du Terminal Noreste. Se renseigner pour les horaires.
  • Izamal : balade ville, place centrale, Couvent San Antonio de Padoue (entrée libre), Musée du Couvent (10h-13h & 15h-18h, dimanche 9h-17h, 5$ ~ 0.25€)
  • Hébergement : Hotel Posada del Angel, à 5mn à pied des gares routières CAME et TAME, et 15mn du Zocalo. Chambre fonctionnelle mais établissement sans grand charme. Environ 25€ la nuit (compris le supplément clim) via Booking.com.

2 réflexions au sujet de « Fête de la Vierge à Izamal, la Ville jaune du Yucatan »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s