Retour dans le passé, aux ruines mayas de Copan

Dimanche 27 janvier

Grasse matinée ce matin : on se lève à 7h30 ! Après le petit-déjeuner – aujourd’hui notre resto de crêpes est ouvert – on fait un tour au centre-ville qui est déjà bien animé à 9h. L’église est pleine, et ô surprise, plusieurs policiers armés de fusils montent la garde devant l’édifice religieux.

honduras - 469
Copan – De bon matin, le vendeur de glace est déjà présent sur la place principale !
honduras - 405
Copan – Chanteur de rue !

Comme il fait déjà bien chaud – le thermomètre a fait un bond de plus de 10° par rapport à hier – on prend un tuktuk pour aller aux ruines. Heureusement, une partie du site est sous les arbres, on profite donc d’une belle ombre. Et surtout, on retrouve les aras relâchés ici par le Macaw Mountain Bird Park. C’est vraiment plaisant de les voir évoluer en toute liberté

honduras - 477
Site archéologique des Ruines de Copan – Toujours en couple, les aras…
honduras - 475
Site archéologique des Ruines de Copan

La cité antique de Copán est l’un des joyaux de la civilisation maya, et elle est vraiment exceptionnelle par la richesse des sculptures et signes hiéroglyphiques retrouvés. Des céramiques mises au jour dans la vallée de Copán attestent d’une présence humaine depuis au moins 1200 av. J.-C. Dès sa fondation, Copán semble avoir eu une importante activité marchande mais on sait peu de choses sur les monarques qui régnèrent avant 628. En revanche, après cette date, les archéologues ont réussi à retracer en partie l’histoire de la ville.

honduras - 474
Site archéologique des Ruines de Copan – On commence par découvrir la Plaza Central où sont posées de nombreuses stèles (protégées des intempéries par un petit toit) – Gérard réussit à prendre deux beaux aras en plein vol : chapeau !
honduras - 479
Site archéologique des Ruines de Copan – Stèle

Et parmi les plus grands rois de Copán, Imix-FuméeJaguar-Fumée – le douzième, régna de 628 à 695 et fit de la ville une grande puissance militaire et commerciale. Uaxaclahun Ubak K’awil – Dix-Huit Lapins ; 695-738 – le treizième souverain, poursuivit la conquête militaire. Lors d’une guerre contre son voisin, le roi Cauac-Ciel de Quiriguá, Dix-Huit Lapins fut capturé et décapité. Je cite surtout ce roi pour son nom que je trouve plutôt drôle pour un monarque ! Il faut attendre K’ak’ Yipyaj Chan K’awiil – Coquillage-Fumée ; 749-763 – pour que soit édifiés bon nombre de bâtiments, dont le grand Escalinata de los Jeroglíficos ou escalier des Hiéroglyphes, le monument le plus célèbre et le plus important de la cité ; c’est ici que l’on trouve la plus longue inscription découverte en territoire maya.

honduras - 482-1
Site archéologique des Ruines de Copan – A droite, l’Escalier des Hiéroglyphes, protégé par un toit de toile… C’est peu esthétique mais indispensable pour protéger les nombreuses sculptures.
honduras - 485
Site archéologique des Ruines de Copan – Escalier des Hiéroglyphes
honduras - 480
Site archéologique des Ruines de Copan – Jeu de pelote

Jusqu’à récemment, l’effondrement de la civilisation de Copán, vers 900, demeurait un mystère. Actuellement, les archéologues supposent que le fort accroissement de la population – comptant jusqu’à 28.000 personne – vers la fin de l’âge d’or de la cité provoqua l’épuisement des ressources naturelles. Il semblerait aussi que ce soit un problème environnemental qui ait provoqué la chute de Copán. En effet, à cause de la déforestation – on estime qu’à la fin du VIIIe siècle, il n’y avait plus un seul arbre dans les 30 km à la ronde – la population fut obligée de cultiver les versants abrupts de la vallée et, à cause de l’érosion du sol, de défricher toujours plus. Cette spirale infernale de déboisement-érosion aurait entraîné un appauvrissement des terres et favorisé les inondations. La population aurait ainsi souffert de plus en plus du problème de la culture des terres : en examinant les restes de squelettes datant du VIIIe ou IXe siècle, les archéologues ont relevé des signes de malnutrition et constaté un accroissement de la mortalité infantile. (source Lonely Planet et Wikipédia)

honduras - 482-0
Site archéologique des Ruines de Copan – Jeu de pelote
honduras - 481
Site archéologique des Ruines de Copan
honduras - 499
Site archéologique des Ruines de Copan

Le site n’est pas très vaste, mais la balade – malgré la chaleur – est très agréable car la végétation est omniprésente. On peut même encore voir des arbres « incrustés » dans certains vestiges

honduras - 486
Site archéologique des Ruines de Copan
honduras - 488
Site archéologique des Ruines de Copan
honduras - 492
Site archéologique des Ruines de Copan
honduras - 497
Site archéologique des Ruines de Copan – Structure 16

Les informations sont peu nombreuses, mais on trouve tout de même quelques panneaux informatifs présentant des gravures censées représenter l’ambiance de l’époque… Intéressant pour replonger dans le passé maya !

Après plus de deux heures passées à explorer les ruines, on visite le Museo de Escultura tout proche. C’est ici que sont présentées certaines des plus belles sculptures retrouvées dans les ruines. Ce que l’on a le plus de mal à s’imaginer, c’est que toutes ces sculptures étaient peintes

honduras - 504
Site archéologique des Ruines de Copan – Musée des Sculptures
honduras - 511
Site archéologique des Ruines de Copan – Musée des Sculptures
honduras - 509
Site archéologique des Ruines de Copan – Musée des Sculptures

Mais le joyau du musée est la réplique grandeur nature du temple de Rosalila, découvert pratiquement intact par les archéologues en 1989 en creusant un tunnel dans la structure 16, l’édifice central de l’Acrópolis. Inauguré en 571 par Jaguar-Lune, le dixième roi de Copán, ce temple était apparemment si sacré qu’il ne fut pas détruit pour faciliter la construction de la structure 16, mais conservé intact et recouvert par ce dernier. Le temple original se trouve toujours au cœur de la structure. On en prend plein les yeux !

honduras - 508
Site archéologique des Ruines de Copan – Musée des Sculptures – Réplique du temple Rosalila
honduras - 515
Site archéologique des Ruines de Copan – Musée des Sculptures – Réplique du temple Rosalila, détail

Vers 13h30, on retourne en ville, toujours en tuktuk, le thermomètre affichant maintenant un bon 35°C ! On déjeune au restaurant Via-Via – très bon et pas cher. Puis, après un dessert pris au Café Welchez, on rentre à l’hôtel se mettre au frais ! On ne ressort que vers 18h, pour aller boire un verre à La Casa de Todo, un joli café situé à deux pas de la place principale.

INFOS PRATIQUES

  • Site archéologique et Sépultures, 8h-16h, 15$ ~ 365L ~ 13.30€ – Pour visiter les tunnels, il faut payer 15$ de plus (pas testé). Possibilité de faire une jolie balade à pied jusqu’à El Bosque, mais vu la chaleur, on a zappé, tout comme on n’est pas allés aux Sépultures, distantes de plus d’un kilomètre !
  • Museo de Escultura Maya, 8h-16h, 7$ ~ 170L ~ 6.20€
  • Tuktuk centre-ville / ruines, 30L ~ 1.10€ par personne
  • Hébergement : Hotel Brisas de Copan, très bien situé au cœur de la ville, à deux pas de la place principale. Accueil très sympa. Bel établissement bien tenu, propre, avec une belle terrasse sur le toit. Chambre agréable et confortable, impeccable, avec salle de bain privée. Eau purifiée chaude et froide disponible à la réception. Wifi. Environ 18€ la nuit, résa via Booking.com.

Une réflexion au sujet de « Retour dans le passé, aux ruines mayas de Copan »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s