Honduras, le bilan

Même si nous n’avons visité que Copan Ruinas, nous avons été enchantés de nos six jours au Honduras. Cette petite ville est un véritable bijou, et propose bien d’autres attraits que les célèbres ruines mayas… Et il serait dommage de ne passer ici qu’un jour ou deux – comme le font la majorité des voyageurs – sans découvrir le Macaw Mountain Birds Park, la plantation de café Welchez ou encore l’hacienda San Lucas ! Flâner le long des rues pavées est aussi agréable, d’autant que de nombreux cafés très bien décorés sont propices à de multiples arrêts… Bref, on l’aura compris, cette étape fait partie des gros coups de cœur de notre périple, et on regrette même de ne pas avoir poussé un peu plus à l’intérieur du pays vers Gracias, Santa Rosa de Copan et le lac de Yojoa, ou encore même dans les iles des Caraïbes… Pour une prochaine fois, peut-être !


Quand ? Combien de temps ?

6 jours / 6 nuits

Copan, du 23 au 29 janvier 2019

Comme je le soulignais dans l’introduction, rester six nuits dans cette petite ville a été pour nous un minimum. Une nuit de plus nous aurait même permis d’aller au Luna Jaguar Hot Spring, un spa naturel situé à une vingtaine de kilomètres de piste de la ville.

En ce qui concerne la météo, le ciel a toujours été plus ou moins dégagé, et globalement bien ensoleillé… On a été surpris par la sécheresse de l’air, et la chaleur parfois étouffante. Mais en hiver – eh oui, on a beau avoir 35°C à l’ombre, nous sommes ici en hiver ! – le thermomètre fait vraiment le yoyo : il nous est arrivé de perdre 20°C en quelques heures, pour les reprendre le jour suivant…


Formalités administratives

Pour les ressortissants français, pas de visa nécessaire à établir au préalable. Une autorisation de séjour, valable 90 jours pour les quatre pays du C4 – Guatemala, Honduras, Salvador et Nicaragua – est délivrée à la frontière. Toutefois, même à l’intérieur du C4, les formalités sont à accomplir à chaque poste douanier, dès que l’on change de pays. Et chaque État possède son propre système douanier en exigeant ou non une taxe d’entrée et/ou de sortie. Pour le Honduras, prévoir une taxe d’entrée de 75L ~ 2.80€ mais pas de taxe de sortie. Des changeurs proposent lempiras, quetzal ou dollars à des taux très corrects.

Les contrôles douaniers sont rapides : prise d’empreintes digitales, photographie, pas de vérification des bagages. Les guichets des deux douanes – Honduras / Guatemala – se trouvent dans la même salle, ce qui évite de courir d’un bureau à l’autre.


Bon à savoir

  • Décalage horaire : -7h, quand il est midi en France en hiver, il est 5h du matin à Copan, et dans tout le pays. Il n’y a pas de changement d’heure été / hiver.
  • Électricité : prises électriques de type nord-américaine avec deux broches plates, prévoir un adaptateur. Le courant est de 110V mais il n’est pas nécessaire d’utiliser un convertisseur pour charger téléphone ou ordinateur portable.
  • Les prix sont annoncés toutes taxes incluses. Attention tout de même à ne pas oublier le pourboire au restaurant qui, lui, n’est jamais inclus.
  • La CB semble assez fréquemment acceptée, mais comme souvent, les commerçants préfèrent les règlements en espèces.
  • Dans Copan, il y a plusieurs ATM ; le plafond de retrait est de 5.000L, soit environ 179€ (sans les frais bancaires français). Des frais de 121L ~ 4.30€ s’appliquent à chaque retrait ; on ne sait pas s’ils sont fixes ou proportionnels au retrait car on a toujours retiré le maximum autorisé.
  • Des changeurs se trouvent non loin de la place principale, et ils proposent lempiras, quetzal et dollars américains. Bizarrement, le taux est très correct, équivalent au taux interbancaire. Toutefois, bien vérifier que les billets ne soient pas abimés, ni que de faux US dollars se cachent dans la transaction !
  • Il semble possible de payer visites et séjour hôtelier en US$, mais nous n’avons pas testé cette option et avons tout réglé en lempiras, la monnaie du pays.
  • On trouve deux supermarchés à Copan, mais pour les fruits et légumes, mieux vaut aller au Marché central.
  • L’eau du robinet n’est jamais potable. Toujours utilise de l’eau en bouteille, même pour se laver les dents ! La plupart des hôtels fournissent gratuitement de l’eau purifiée à leurs clients.
  • On n’a pas vu de toilettes publiques, mais on n’en a pas cherché non plus ! Celles des sites, musées et restos sont toujours propres. Attention à ne pas jeter le papier dans la cuvette mais dans la poubelle prévue à cet effet.
  • Comme un peu partout en Amérique centrale, les restaurants ferment leurs portes assez tôt le soir. Prévoir de diner avant 20h est une bonne idée pour ne pas rester le ventre vide !
  • Nous nous sommes déplacés à pied ou en tuktuk (tarifs modérés, le prix est toujours donné par personne).

Arriver / quitter le Honduras par voie terrestre

Nous avons effectué le trajet Livingston (au Guatemala) / Copan Ruinas dans la journée par les transports locaux. Je détaille ce périple d’une dizaine d’heures (!) dans l’article Bienvenue au Honduras. Nous sommes en effet partis à 5h20 de la guesthouse et arrivés vers 15h à notre hôtel de Copan, en utilisant des moyens de transports variés (tuktuk, grosse lanche, taxi, minibus). Le trajet a finalement été moins pénible que prévu, tout s’est bien enchainé et nous avons voyagé pour moins de 14€ par personne

Pour nous rendre au Salvador, à Santa Ana, nous avons emprunté un shuttle touristique affrété par l’Hostel Berakah. Il part 3 fois par semaine (dont le mardi, se renseigner pour les autres jours) à 5h30 du matin et le trajet dure environ 5h. C’est plus confortable que l’enchainement de transports locaux, mais plus cher aussi : 40US$ ! Nous avons bénéficié d’un tarif négocié à 25US$ par notre guesthouse de Santa Ana. Sympa !

Il existe des shuttles touristiques quotidiens pour Antigua au Guatemala. Se renseigner auprès des auberges de jeunesse (Berakah ou ViaVia) pour plus d’infos.


Communication, courrier et internet

Langue :  l’espagnol est la langue nationale. A Copan, l’anglais est assez bien utilisé.

Poste hondurienne : pas testé…

Internet / Wifi / 3G : wifi de qualité à l’hôtel (sauf pour charger les photos sur le blog). La carte Sim Claro achetée au Guatemala (valable 30 jours, 5Go) fonctionne au Honduras : pratique ! Magasin Claro sur la place centrale (propose les mêmes produits qu’ailleurs en Amérique Centrale, deux fois plus cher qu’au Guatemala). Très bonne couverture 4G (H+). Pour info, on a racheté une nouvelle carte SIM (la précédente n’avait plus de crédit, et bien qu’encore valable, on ne pouvait la recharger que via Internet à un prix plus élevé qu’en magasin) : validité 30 jours, 5Go, 610L ~ 21.95€. La carte Sim Claro (plusieurs option possible) semble fonctionner dans les pays du C4, le Mexique et le Panama. Dommage qu’ils ne proposent pas plus de gigas !


Sites touristiques et musées

Nous avons vraiment adoré toutes nos visites, et surtout nous avons apprécié la diversité offerte par une ville aussi petite que Copan. Les tarifs peuvent sembler un peu élevés, mais ils nous ont semblé justifiés vu la qualité des prestations.

Nous avons conclu des partenariats avec deux prestataires (Macaw Mountain Birds Park et Coffe Tour Welchez). Encore une fois, un grand merci à ces sponsors qui nous ont offert une fantastique visite personnalisée !

Pour info, nos visites sont listées en détail, en bas de chaque article.


Nourriture

On ne vient pas en Amérique centrale pour sa gastronomie… Et le Honduras n’échappe pas à cette règle. Pourtant, nous avons plutôt bien mangé au cours de cette semaine.

Le petit-déjeuner traditionnel est généralement composé d’œufs brouillés, de purée de haricots noirs, de fromage, de tortillas et de fruits. Plusieurs fois, on a opté pour une crêpe garnie d’œufs, d’avocat et de l’inévitable purée de haricots. Un repas qui tient bien au corps pour le reste de la journée !

Les Honduriens semblent consommer beaucoup de viande au déjeuner et au diner : bœuf, poulet et porc se retrouvent dans tous les menus des restos ! L’accompagnement est peu varié : il s’agit souvent de riz ET de frites (oui, ça cale ! petite pensée pour Nathalie C. en plein régime « légumes » !), de salade et… de purée de haricots noirs ! Cette purée, après quatre mois dans ces pays, il y a fort à parier qu’il ne faudra plus nous en parler !!!

Copan étant une destination touristique, l’offre en restauration est abondante, qu’il s’agisse d’établissements un peu haut-de-gamme ou de simple estancots de rue. On a alterné entre stands de rue et restos plus classiques, et un soir – pour échapper à la purée ! – on a même opté pour une pizza. A chaque fois, nous n’avons pas été déçus par nos assiettes. Mais notre coup de cœur reste l’excellent déjeuner servi à l’hacienda San Lucas. Côté tarif, compter du simple au quadruple selon le resto choisi, entre 3€ et 12€ le plat.

En ce qui concerne les boissons alcoolisées, on trouve de la bière locale (pas très chère, environ 1.30€ la bouteille), du vin (un peu plus coûteux, environ 3€ le verre) et les habituels cocktails (pas testés).

Enfin, il ne faut pas oublier de faire une dégustation de café et de chocolat, le pays étant un des principaux – et meilleurs – producteurs de café d’Amérique centrale.

Voir ci-dessous le budget pour plus de détails.


Logement

Une fois de plus, on a eu un gros coup de cœur pour notre hôtel Brisas de Copan, réservé via Booking.com (pas de site web dédié, dommage). Situé en plein centre-ville, les chambres sont confortables et impeccables, toutes avec une salle de bain privée. Le patron est chaleureux et fournit de nombreux conseils pour visiter la ville et ses environs. Enfin, le rapport qualité / prix est excellent puisque la nuit nous a été facturée moins de 18€ ! Une adresse que l’on recommande chaudement !

Pour un séjour haut-de-gamme, l’hacienda San Lucas propose un hébergement de charme en pleine nature… mais à des tarifs nettement plus élevés ! (on n’a pas testé)

Voir ci-dessous le budget pour plus de détails.


Budget

Le Honduras n’est pas une destination onéreuse. Seules les visites et activités peuvent grever le budget mais ce coût est largement justifié vu la qualité des prestations.

Pour info, à deux, nous avons dépensé :

  • Transports : 44€ soit une moyenne de 7.30€ par jour
    • Bus longue distance : 30€ (Livingston / Puerto Barrios / Chiquimula / Copan)
    • Tuktuk : 14€
  • Hébergements : 106€, soit 17.70€ par nuit
  • Alimentation : 190€, soit 31.70€ par jour
  • Visites : 78€, soit 13€ par jour Grâce à nos sponsors, nous n’avons pas payé le parc des oiseaux (mais apporté l’équivalent en fruits !) ni le coffee tour ; pour un budget réel, il faudrait rajouter 61€
  • Divers (taxe, carte sim, lessive, souvenirs…) : 126€, soit 21€ par jour

Nous avons donc dépensé – tous postes confondus – 544€ pour 6 jours, soit environ 90.70€ par jour pour deux personnes. On aurait pu dépenser moins en se contentant de manger dans des échoppes de rue. Et notre poste « divers » est élevé car nous avons craqué pour quelques souvenirs (plutôt chers par ici !) : café, magnets, t-shirts, chocolat…

bilan honduras budget


Notre itinéraire

 

3 réflexions au sujet de « Honduras, le bilan »

  1. Coucou les amis!! encore une belle synthèse de votre voyage au Honduras, il me tarde d’etre « à vos cotés » au Salvador pour découvrir un pays de plus tellement bien vécu comme vous le faites si bien, prenez soin de vous, Amitiés

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s