Neuchâtel côté nature, du lac au sentier du Temps…

Mercredi 16 septembre

Ce matin, on abandonne nos vélos à la gare du Landeron, et on prend le train pour Neuchâtel. L’objectif de la matinée est la croisière que l’on n’a pas pu faire hier. A 9h50, on embarque donc pour un tour d’une heure vingt sur le lac. D’ordinaire, on n’est pas très fans de ce type de circuit – on préfère effectuer un aller simple et poursuivre à pied ou à vélo – mais cette balade présente l’avantage de nous faire découvrir Neuchâtel sous un autre angle, et d’apercevoir sur la rive opposée les ports de Cudrefin et de Portalban, situés respectivement dans les cantons de Fribourg et de Vaud.

Neuchâtel – Croisière-promenade sur le lac
Neuchâtel – Vue depuis le lac…

De retour à terre, on saute dans le bus 107 qui nous dépose rapidement devant le funiculaire reliant la Coudre à la montagne de Chaumont en dix minutes, presque six cents mètres plus haut. D’une longueur de 2102 mètres, il est en service depuis le 17 septembre 1910. A un jour près, on fêtait donc ses 110 ans ! Dès l’origine, la traction du funiculaire était électrique, et il comportait deux voitures, l’avalante faisant contrepoids pour tracter plus facilement la montante. En 2007, de grosses rénovations ont été faites, et désormais il n’y a plus qu’une seule voiture actionnée par une puissante machinerie.

Au sommet, on grimpe dans la Tour d’observation qui révèle un panorama superbe sur les trois lacs, le lac de Neuchâtel devant nous, de Morat au Sud et de Bienne à l’Est.

Vue depuis l’observatoire de Chaumont sur le lac de Neuchâtel
Vue depuis l’observatoire de Chaumont sur le lac de Neuchâtel – On aperçoit à gauche le canal de la Tielle, et au fond, on devine le lac de Morat
Vue depuis l’observatoire de Chaumont sur le lac de Bienne

Avant de commencer la balade, on pique-nique dans l’aire de jeu toute proche. Petit désappointement quand je constate que l’œuf que je tente d’écaler semble très peu cuit… Et pour cause, il est carrément cru ! Oups, petite erreur d’intendance… Heureusement, Gérard n’a pas cassé la coquille sur son front comme il le fait fréquemment ! Du coup, on se contente d’un bout de fromage et de tomates cerises…

Chaumont – Gare d’arrivée du Funiculaire

C’est donc plutôt légers que nous attaquons le Sentier du Temps, une jolie petite rando de deux heures qui nous fait remonter les ères géologiques, de la formation de la Terre à l’apparition de l’homme, un mètre représentant un million d’années.

Sentier du Temps, de Chaumont à Neuchâtel
Sentier du Temps, de Chaumont à Neuchâtel
Sentier du Temps, de Chaumont à Neuchâtel
Sentier du Temps, de Chaumont à Neuchâtel

Dix-sept sculptures jalonnent le parcours, représentant quelques-unes des nombreuses espèces végétales et animales qui ont marqué l’histoire de la vie sur notre planète. La première statue montre un stromatolithe, une des premières formes de vie sur terre dont la structure laminaire souvent calcaire se développe en milieu aquatique peu profond. Aussitôt, on repense à notre séjour à Bacalar, au Mexique, il y a 18 mois, où nous avions observé de près ces très anciens fossiles…

Le chemin continue, tantôt accidenté, tantôt plus tranquille, mais toujours sous les arbres ce qui est agréable vu la grosse chaleur. Le tracé est très bien fait, et une heure après avoir croisé les stromatolithes, on parvient devant la statue d’un trilobite, apparu il y a 535 millions d’années. Ensuite, tout s’accélère, en moins de dix minutes, on passe du cambrien au Crétacé, et en quelques pas, on se retrouve devant le premier hominidé !

Sentier du Temps, de Chaumont à Neuchâtel
Sentier du Temps, de Chaumont à Neuchâtel
Sentier du Temps, de Chaumont à Neuchâtel

Il nous a donc fallu environ 1h30 pour parcourir ce sentier très bien conçu. Arrivés au niveau du Rocher de l’Ermitage, on continue la descente jusqu’à la gare de Neuchâtel, sur une petite route goudronnée cette fois. Comme on n’a pas envie de rater le train, on presse le pas… Heureusement, on saute à temps dans le train quand celui-ci démarre !

Sentier du Temps, de Chaumont à Neuchâtel – Arrivée vers la gare

Ainsi s’achèvent nos deux jours de visites à Neuchâtel, une ville dont les attraits variés nous ont bien plu. Et on a eu un gros coup de cœur pour ce canton francophone, que ce soit à La Chaux-de-Fond, au Locle, au Landeron ou encore à Neuchâtel. Une chose est sûre, on reviendra !


  • INFOS PRATIQUES
  • Camping Les Pêches, au Landeron, idéalement situé à quelques minutes à pied ou à vélo du lac et du bourg médiéval. Accueil très sympathique. Sanitaires impeccables. Restaurant, wifi, épicerie, machine à laver et sécheuse. En saison, accès gratuit à la piscine publique toute proche. CHF 24.- la nuit pour deux personnes, un camping-car, l’électricité et les taxes, avec la carte ACSI. On recommande !
  • Neuchâtel Tourist Card, pass permettant l’accès gratuit aux musées et aux transports du canton de Neuchâtel, délivré à toute personne qui passe une nuit dans un camping / un hôtel / une location. Valable pour la durée du séjour. Une excellente initiative qui favorise le tourisme local !
  • Office de Tourisme de Neuchâtel, situé non loin du port. Belle documentation, accueil souriant.
  • Transports à Neuchâtel : tous (train, bus, funiculaire) sont inclus dans la Neuchâtel Tourist Card. Réseau dense aux liaisons fréquentes. A titre indicatif, un train par heure Le Landeron / Saint Blaise / Neuchâtel.
  • Croisière-promenade sur la lac, en septembre 3 départs par jour, ne fonctionne pas les lundis et mardis (plus de liaisons en haute saison), inclus avec la Neuchâtel Tourist Card, on a opté pour le départ de 9h50, durée 1h20, échanger le ticket de la carte contre un billet au guichet de l’embarcadère. Prévoir un pull, on a été surpris par la fraicheur sur le lac.
  • Funiculaire La Coudre / Chaumont, départ toutes les ½ heures en moyenne, montée en 10mn. Accès depuis le centre-ville par le bus 107, inclus avec la Neuchâtel Tourist Card. Au sommet, aire de pique-nique et Tour d’observation, 6h-22h, CHF 1.- (prévoir l’appoint, l’automate ne rend pas la monnaie).
  • Sentier du Temps, au départ du sommet du funiculaire, très bien fléché (marques bleues, parfois losange jaune, animaux en bois, attention à ne pas rater la bifurcation à gauche au niveau du hibou à cause de la végétation), 5.5km, 610m-, 2h jusqu’à la gare de Neuchâtel, sans se presser. Parcours assez facile et agréable quand il fait chaud car très ombragé. Sentier parfois escarpé. Bonnes chaussures indispensables. Livret explicatif disponible sous pdf à imprimer.

4 réflexions au sujet de « Neuchâtel côté nature, du lac au sentier du Temps… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s