Belle balade à Tikal, au milieu de ruines mayas noyées dans la jungle

Jeudi 10 janvier

La météo étant très médiocre – vent, ciel gris – on traine toute la matinée… Gérard va tout de même faire quelques courses en lancha sur l’ile de Flores, puis on déjeune dans un resto proche de notre guesthouse. Vers 14h, le ciel s’éclaircit et on part faire une balade de deux heures sur la colline de San Miguel. On grimpe au mirador d’où la vue sur les environs est superbe !

guatemala - 58
San Miguel – Petite grimpette pour accéder au mirador !

Puis on redescend vers la plage de Chechenal où nous sommes accueillis par des singes hurleurs et un singe araignée. Et comme tous les jours, Gérard capte dans son objectifs quelques oiseaux bien colorés.

guatemala - 64
San Miguel – Tangara

Le soir, on dine dans le même resto qu’à midi, et on ne traine pas car demain, on va à Tikal et on devra se lever tôt !

Vendredi 11 janvier

Ce matin, le réveil sonne à… 3h30 ! Eh oui, pour rejoindre la navette touristique qui rejoint les ruines de Tikal, il nous faut d’abord gagner Flores en lancha – c’est le patron de l’hôtel qui nous y emmène – pour ensuite embarquer dans un minibus censé partir à 4h30. Bon, ça c’est la théorie, car on ne prend la route qu’à 5h, après avoir changé deux fois de véhicules ! Gérard peste un peu contre cette organisation imposée par le tourisme de masse… Pour y échapper, il nous aurait fallu dormir sur place, mais les lodges étaient vraiment très chers. Finalement, on parvient à 5h55 devant le guichet d’entrée encore fermé. Une petite trentaine de visiteurs – dont nous ! – répartis dans trois minibus patiente pour acheter le billet. On est loin des hordes de touristes que j’avais imaginées, et comme la zone archéologique est très vaste, on ne devrait pas être gênés…  A 6h tapantes, on récupère nos tickets – après présentation obligatoire de l’original du passeport – et on repart en minibus pour quelques kilomètres, et on arrive au site…

Pour bien comprendre ce site, un petit rappel historique est nécessaire… Les Mayas s’implantèrent sur le site vers 700 av. J.-C. L’abondance du silex, utilisé à cette époque pour les massues, les pointes de lances, les flèches et les couteaux, explique en partie ce choix. Outre utilisé pour la fabrication des outils, le précieux silex servait de monnaie d’échange pour d’autres marchandises. Deux siècles plus tard, les Mayas de Tikal commencèrent à bâtir des structures cérémonielles en pierre et vers 250, Tikal était devenue une importante cité religieuse, culturelle et marchande, fortement peuplée. Le roi Yax Ehb’ Xooc (Premier escalier du Requin), qui régna aux alentours de 230, serait le fondateur de la dynastie qui gouverna Tikal par la suite.

Au milieu du IVe siècle, sous le règne de Chak Toh Ich’aak Ier (Grande Patte de Jaguar), Tikal adopta les méthodes guerrières brutales des souverains de Teotihuacán, au centre du Mexique. Au lieu d’affronter ses adversaires au corps à corps, l’armée de Tikal utilisait des unités auxiliaires pour encercler l’ennemi et le tuer à distance à l’aide de lances. Cette première utilisation du “pouvoir des airs” par les Mayas du Petén permit à Siyah K’ak’ (Grenouille qui Fume), un général de Tikal, de vaincre l’armée d’Uaxactún ; Tikal devint ainsi le royaume dominant du Petén.

Au milieu de la période classique, au VIe siècle, les prouesses militaires de Tikal et son alliance avec Teotihuacán lui permirent de se développer jusqu’à s’étendre sur plus de 30 km2, avec une population estimée à 100 000 âmes. En 553, Yajaw Te’ K’inich II (Seigneur Eau) accéda au trône de Caracol, dans le sud-ouest du Belize. En l’espace d’une décennie, il s’empara de Tikal et en sacrifia le roi. Tikal et d’autres royaumes du Petén subirent la domination de Caracol jusqu’à la fin du VIIe siècle quand, sous la férule d’un nouveau souverain, la cité chassa ses oppresseurs et reprit son essor.

Roi puissant, Ha Sawa Chaan K’awil (682-734), également appelé Ah Cacao, 26e successeur de Yax Moch Xoc, rétablit la grandeur militaire de Tikal et sa domination sur le monde maya. En 695, il conquit Calakmul au Mexique, le plus grand État maya rival, et ses successeurs firent construire la plupart des temples imposants de la Gran Plaza qui ont subsisté jusqu’à nos jours. Le roi Ah Cacao fut enterré sous l’immense Templo I. Le rayonnement de Tikal diminua vers 900, un déclin qui s’inscrivit dans l’effondrement de l’ensemble de la civilisation maya des Basses Terres.

La cause la plus probable de la chute de Tikal est la surpopulation et la diminution de la production agricole. Certains archéologues ont aussi montré que cette cité avait atteint des niveaux insoutenables d’inégalités sur la fin de son existence… (sources Lonely Planet et Wikipedia) Une leçon à retenir pour l’humanité actuelle !

On commence donc la balade vers 6h20 en pénétrant dans une belle forêt tropicale. Le jour vient à peine de se lever, on est tout seuls et on entend – et observe – de nombreux oiseaux, quelques singes et même une petite chauve-souris

guatemala - 66
Tikal – Lever du jour sur la jungle…
guatemala - 83
Tikal – Nos premiers toucans observés en milieu naturel…
guatemala - 95
Tikal – Cassique de Montezuma
guatemala - 68
Tikal – Le cheminement pour rejoindre les temples et vraiment agréable et… désert !

D’un bon pas, on se dirige – via le Grupo Norte – vers le Templo IV que l’on atteint en une cinquantaine de minutes : quand je disais que le site de Tikal était vaste, ce n’est pas de la rigolade ! On grimpe quelques dizaines de marches pour rejoindre le sommet de l’édifice et ainsi avoir une vue sur la jungle environnante qui s’étale à perte de vue.

guatemala - 69
Tikal – Lever de soleil depuis le sommet du Temple IV
guatemala - 72
Tikal – Vue depuis le sommet du Temple IV

On poursuit notre marche jusqu’au Mundo Perdido, d’où la vue sur la plateforme supérieure embrasse tout le site. Splendide !

guatemala - 77
Tikal – Vue sur le Temple IV depuis la plateforme du Mundo Perdido
guatemala - 79
Tikal – Vue depuis la plateforme du Mundo Perdido
guatemala - 80
Tikal – Vue depuis la plateforme du Mundo Perdido – Superbe végétation de jungle, où on retrouve les mousses espagnoles qui pendent des arbres
guatemala - 73
Tikal – Mundo Perdido

Il y a peu d’explications sur le site ; seuls des panneaux présentant des reconstitutions des différents bâtiments nous donnent une idée de leur ampleur…

On passe ensuite vers la Plaza des Siete Templos avant de rejoindre le Templo V dont seule une face a été restaurée.

guatemala - 86
Tikal – Vers le Mundo Perdido
guatemala - 91
Tikal – Temple V
guatemala - 94
Tikal – Il y a les ruines, bien sûr, mais le site est surtout prétexte à une superbe balade à pied !

On termine par le « clou » de la visite : la magnifique Gran Plaza, cernée par deux grands temples et deux Acropolis. Impressionnant, d’autant que la restauration des vestiges permet une bonne compréhension de la splendeur d’antan !

guatemala - 97
Tikal – Gran Plaza
guatemala - 99
Tikal – Gran Plaza
guatemala - 100
Tikal – Gran Plaza
guatemala - 105
Tikal – Gran Plaza

On quitte le site vers midi, après une bonne dizaine de kilomètres parcourus à pied et de nombreuses marches gravies mais enchantés de cette superbe découverte ! Une demi-heure plus tard, on reprend la navette qui nous ramène à Flores où on déjeune tardivement… Petit clin d’œil : Tikal nous a aussi offert deux belles rencontres, Bénédicte & Michel et Isabelle & Helmut avec qui on a passé un agréable moment !

Samedi 12 janvier

Matinée tranquille à profiter du charme de San Miguel. Cet après-midi, nous ferons un dernier tour à Flores… Demain, changement de décor : quatre heures de bus devraient nous conduire à Rio Dulce  pour un retour non loin de la côte caraïbe

INFOS PRATIQUES

  • Accès à Tikal depuis Flores : minibus touristique, départs à 3h / 4h30 / 8h & retour à 11h / 12h30 / 15h – Aller à réserver en choisissant horaire précis, retour open, durée environ 1h, 80Q ~ 9€
  • Ruines de Tikal, 6h-18h, 150GTQ ~ 17€ – Présentation du passeport obligatoire – Compter 5h de visite, prévoir de bonnes chaussures et de l’eau.
  • Hébergement : Hostal San Miguel, superbement situé face à Florès (5mn de lancha). Encore un hôtel coup de cœur ! Belle terrasse qui domine le lac. Chambre spacieuse et très correcte, avec salle de bain privée, ventilo et wifi. Restaurant, organisation de tours pour Tikal, vente de billets de bus. Accueil très sympa. Environ 20€ la nuit via Booking.com

2 réflexions au sujet de « Belle balade à Tikal, au milieu de ruines mayas noyées dans la jungle »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s