Sanctuaires bouddhistes et temples de la consommation à Marunouchi, Ginza et Urayasu

Jeudi 22 février

Au réveil… il neige ! Du coup, on ne se presse pas pour quitter le quartier. Dans la matinée, Gérard va au bureau de poste local – déniché non sans mal car Google ne semble pas très à jour ! – pour acheter un paquet destiné à expédier nos très – trop ? – nombreux achats de souvenirs. Il faut dire que depuis une semaine, on est bluffé par la qualité des produits proposés. Et on se lâche…

Vers midi, on part en métro pour le centre-ville et plus précisément le quartier de Marunouchi où se trouve la gare centrale. Après avoir repéré la station de bus d’où nous partirons pour Nagoya lundi prochain, on se pose dans un petit resto fréquenté par les employés du quartier. Comme il n’y a pas de carte, on choisit nos plats sur photos. Surprise quand notre plateau arrive : c’est du foie ! On comprend – à retardement ! – que nous sommes dans un établissement spécialisé dans les abats. Néanmoins, c’est très bon… même si on n’en mangerait pas tous les jours !

Après le déjeuner, on fait un tour dans le superbe Tokyo International Forum, un bâtiment érigée en 1996 sur l’ancien site de l’hôtel de ville, qui accueille principalement des conférences. L’architecture, très aérienne, évoque un vaisseau de verre…

Jap- 332
Tokyo – Marunouchi – Tokyo International Forum

Malgré le mélange pluie / neige qui continue de tomber, on va tout de même voir le Palais Impérial. En fait, celui-ci ne se visite que deux jours par an – les 23 décembre et 2 janvier – et en dehors de ces dates, on ne l’aperçoit que de loin.

Le parc semble très beau, mais il fait trop mauvais pour envisager une balade. On retourne donc vers la gare, en traversant une « haie » de buildings à l’architecture assez classique.

Jap- 338
Tokyo – Marunouchi

Là, on se renseigne pour notre excursion au Mont Takao… On marche 500m dans des couloirs pour finalement apprendre que les billets se vendent uniquement à Shinjuku. On revient sur nos pas – de nouveau 500m de parcours interminable ! – et on tente d’échanger notre voucher de transport prévu pour les liaisons entre Nagoya et Osaka, mais là, on nous balade d’une agence à l’autre. Et on refait des kilomètres dans ce dédale souterrain ! Finalement, on parvient après un long moment au bon bureau. Un peu énervés, on décide d’abréger notre journée dans la capitale…

On rentre donc à Urayasu, notre quartier. Dans la matinée, Gérard a repéré un grand supermarché et on y fait un tour. Finalement, on reste dans ce temple de la consommation plus de deux heures ! On regarde tous les rayons, souvent interloqués par des produits  – principalement alimentaires – que l’on ne connaît pas. Le mieux – à mon goût ! – c’est la boutique « Tout à 100 yens » du 3ème étage : pour l’équivalent de 0.85€ la pièce, on trouve une multitude d’articles divers et variés, allant du papier origami à la vaisselle en porcelaine, des produits cosmétiques aux albums à colorier… On ne résiste pas et on remplit un bon panier de ces souvenirs qui feront de beaux cadeaux !

Jap- 346
Tokyo – Urayasu – Supermarché
Jap- 344
Tokyo – Urayasu – Supermarché, linéaires de pâtes asiatiques

Vendredi 23 février

Notre première étape de la journée est pour la Poste où nous envoyons notre colis de souvenirs. Malgré de grosses difficultés de compréhension avec la postière – qui ne parle pas un mot d’anglais – on parvient tout de même à faire envoyer notre paquet. Il faut dire qu’ici les gens sont très patients et qu’ils font tout leur possible pour nous satisfaire, et ce toujours avec le sourire !

On prend ensuite le métro, et après un changement, on arrive à Tsukiji, un quartier très proche de Ginza et célèbre pour son marché aux poissons. On commence par visiter un temple bouddhiste peu connu des circuits touristiques, le Tsukiji Hongan-ji. Il faut dire que son architecture, un peu austère et bétonnée, n’attire pas le regard. Mais l’intérieur est agréable et surtout, on a la grande chance d’assister à une célébration chantée et musicale. On passe ainsi plus d’une demi-heure à observer les moines psalmodier ce qui nous semble être des mantras… (voir les deux vidéos sur Facebook – on nous a aimablement encouragé à immortaliser ces scènes, donc on ne s’est pas privé !)

Jap- 347-1
Tokyo – Célébration au temple Tsukiji Hongan-ji

Après cette pause culturelle, on se dirige vers le marché de Tsukiji tout proche. Si on n’assiste pas aux enchères au thon – les quotas sont limités et la vente débute à 5h du matin ! – on se balade tout de même le long des stands extérieurs. C’est intéressant mais il y a vraiment foule… On avance au touche-touche, et c’est moyennement agréable.

Jap- 349
Tokyo – Marché de Tsukiji

De nombreux étals proposent une petite restauration, et on décide de goûter le fameux bœuf persillé « Kobe style » – en fait, il s’agit de baleine (on l’a appris après avoir rédigé l’article). On est un peu interloqué par le prix : le coût de la petite brochette  – 5 bouchées plutôt plates –  varie entre 2.000 et 8.000 yens, soit de 15€ à 61€ !!! Comme on est curieux, on choisit la moins chère – 15€ tout de même ! Et là, grosse déception : même si ce morceau moins « noble » que les autres était aussi le moins gras, le goût n’est pas au rendez-vous… J’ai même l’impression qu’une pellicule d’huile me tapisse le palais ! Bref, on est déçus. Mais au moins, on aura essayé ! (Ce que l’on ne savait pas, c’est que l’on mangeait de la baleine. Si on avait su lire les panneaux au-dessus du stand, on aurait compris, et on n’aurait pas commandé cette brochette car nous ne cautionnons pas ce type de pêche agressive et destructive…)

Jap- 356
Tokyo – Marché de Tsukiji – Stand proposant des brochettes de bœuf…

Après cette déception culinaire, on se dirige vers les centres commerciaux de Ginza. Depuis 1870, ce quartier se veut à l’avant-garde de la mode et du design japonais. Même si maintenant d’autres secteurs de la capitale rivalisent aisément avec lui, on ne peut que constater le changement d’ambiance avec l’agitation de Tsukiji : ici tout semble calme et volupté, luxe et raffinement ! On apprécie particulièrement les vitrines et la déco du  Ginza Six, un complexe de boutiques dont le hall central est surmonté d’une œuvre de Yayoi Kusama, une artiste dont on a découvert – et apprécié ! – l’originalité à Brisbane.

Jap- 357
Tokyo – Ginza
Jap- 360
Tokyo – Ginza – Centre commercial Ginza Six
Jap- 361
Tokyo – Ginza – Centre commercial Ginza Six – Superbe librairie !
Jap- 362
Tokyo – Ginza – Centre commercial Ginza Six – Magasin d’objets en laque de très grande qualité…

Vers 14h, on retourne à Urayasu, notre quartier. Quartier que l’on apprécie tout particulièrement pour son ambiance typiquement japonaise. On déjeune dans un resto traditionnel : une fois de plus, on se régale, et les tarifs sont largement plus avantageux que ceux de la brochette de ce matin !

Après quelques courses, on finit la journée par un petit  tour dans le temple de quartier qui jouxte l’immeuble où on réside…

Jap- 371
Tokyo – Urayasu – Temple de quartier
Jap- 370
Tokyo – Urayasu – Notre immeuble !

INFOS PRATIQUES

  • Logement : Studio via Airbnb, très bien situé dans le quartier Urayasu, à 5mn de la station de métro. Logement bien fonctionnel, avec salle de bain, kitchenette et balcon. Pocket Wifi fournie. Le contact avec Ken, l’hôte, est parfait ! Environ 32€ la nuit, un très bon rapport qualité / prix pour Tokyo.
  • Attention : il est prévu que le marché de Tsukiji déménage d’ici la fin 2018. Se renseigner !

2 réflexions au sujet de « Sanctuaires bouddhistes et temples de la consommation à Marunouchi, Ginza et Urayasu »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s