Fin d’année à Porto Seguro, le berceau du Brésil…

Comme annoncé dans l’article précédent, nous avons quitté Itacare mardi 27 décembre, et après neuf heures de bus, nous sommes arrivés à Porto Seguro vers 22h. Sitôt les bagages déposés à la Pousada Cores da Passarela, nous sommes allés diner dans un resto situé sur la Passarela do Descobrimento toute proche. Immédiatement, nous avons été plongés dans un sympathique bain de foule, augurant pour les jours prochains une animation certaine !

Mercredi 28 décembre

Après une courte nuit de sommeil, nous sommes debout à 7h, et une fois le petit-déjeuner avalé, nous tentons de récolter des infos sur notre logement suivant, à savoir un appartement réservé sur la plateforme Airbnb pour 4 nuits – du 29 décembre au 2 janvier – dont la propriétaire ne répond à aucun de nos messages, ce qui est un brin préoccupant ! En effet, cette période de fin d’année étant particulièrement chargée, les hôtels augmentent drastiquement leurs prix ; c’est pourquoi nous avons opté pour un studio un peu moins onéreux qui nous permettra également d’être autonome au niveau des repas. Comme l’hôte ne répond pas non plus au téléphone, nous décidons de nous rendre sur place pour éclaircir ce mystère – c’est juste à cinq minutes à pied de notre actuelle pousada. Une fois devant l’immeuble, nous finissons par croiser un couple qui nous met en relation téléphonique avec le propriétaire : là, c’est la douche froide – ou devrais-je plutôt dire brûlante, sous ces latitudes… Le logement n’est plus à louer depuis des années, et nous comprenons que nous avons été victime d’une belle arnaque ! Complètement dépités, et ne sachant surtout pas où nous allons passer les nuits futures – la station balnéaire est bondée et les prix flambent – nous retournons à notre auberge et contactons immédiatement Airbnb. Nouvelle déconvenue : comme notre réclamation intervient 24h avant la date officielle de la remise des clés, ils ne peuvent rien faire ! Le gérant de la pousada nous propose alors de nous louer une chambre, moyennant 120€ par nuit. Gloups… Déjà que je trouvais cette auberge un poil chère au vu de la qualité des prestations – 37€ la nuit tout de même pour une chambre très spartiate – mais alors là, à 120€, c’est le pompon ! Néanmoins, on accepte car on n’a aucune envie de se retrouver à la rue ou d’échouer dans un hôtel encore plus onéreux ou plus miteux ! On se console en se disant que cette pousada est très bien placée, que le wifi est bon et que les hôtes sont charmants…

Comme on ne va pas passer le reste de la journée à se lamenter, nous décidons d’aller à Arraial d’Ajuda, un village situé sur l’autre rive du fleuve – le rio Buranhém – que nous traversons d’un rapide coup de balsa – le bac local qui transporte véhicules et piétons.

Porto Seguro – Traversée du fleuve pour aller à Arraial d’Ajuda – Certains bateaux comme celui-ci ne sont que pour les piétons, mais nous, nous avons pris la balsa qui transporte également les véhicules…

Nous poursuivons avec un trajet d’une dizaine de minutes en minibus, puis nous sommes déposés à quelques pas du centre historique du village. A 11h du matin, les lieux sont encore tranquilles, et nous nous baladons autour de la placette bordée de maisons colorées.

Arraial d’Ajuda – Église, datant de 1549
Arraial d’Ajuda
Arraial d’Ajuda
Arraial d’Ajuda

Le nom du village fut donné en hommage à Tomé de Souza et aux premiers jésuites qui débarquèrent en 1549 avec leurs bateaux appelés Conceição, Salvador et… Ajuda !

Arraial d’Ajuda – Le village surplombe la mer…

Nous dévalons ensuite une belle volée de marches pour nous rendre vers les plages, et passons à côté d’une petite chapelle sous laquelle coule une fontaine qui serait dotée de vertus miraculeuses, et dont la légende raconte qu’y prendre un bain assure d’un retour prochain dans le village. Pour être honnête, nous avons plus été attirés par les jolies fleurs environnantes…

Arraial d’Ajuda – Descente à la plage…  

Une fois sur la plage, nous constatons que l’eau est loin d’être bleue ! Comme à Itacare, le littoral a souffert des intempéries de la semaine passée… Pas de baignade donc, mais une agréable marche sur le sable de presque 4km qui nous ramène jusqu’au fleuve.  

Arraial d’Ajuda – Praia dos Pescadores
Arraial d’Ajuda – Au nord de la Praia do Apaga Fogo

A mi-parcours, nous faisons une pause-déjeuner sur la Praia de Araçaípe où Gérard repère immédiatement quelques beaux oiseaux.

Arraial d’Ajuda – Praia de Araçaípe – Merle roux – Ci-dessous, merle roux et tyranidé

Et hop, après une courte traversée en balsa, nous sommes de retour à Porto Seguro vers 15h, sous une chaleur accablante… Un peu de repos s’impose !

Vers 18h, nous ressortons – la température est un peu tombée, c’est agréable – et nous nous baladons sur la Passarela do Descobrimento encore très peu animée. Nous sommes interloqués par les centaines de petits stands mobiles très rudimentaires, vendant mille et une choses. On y trouve de la nourriture – crêpes, acarajé, gâteaux – à emporter ou à consommer sur place, sur les quelques chaises installées ça et là, et des boissons alcoolisées ou non, alternant avec des objets artisanaux et des souvenirs touristiques. L’ensemble est très particulier…

Porto Seguro – Passarela do Descobrimento vers 18h… Dans deux heures, la rue sera noire de monde !
Porto Seguro – Passarela do Descobrimento

Non loin, quelques boutiques et restos plus classiques affichent de belles couleurs. Ce soir, on opte pour une ambiance culinaire italienne avec des pâtes à l’arrabiata et à la carbonara, suivies d’un sorbet à l’açaï et au maracuja !

Porto Seguro – Passarela do Descobrimento
Porto Seguro – Passarela do Descobrimento
Porto Seguro – Passarela do Descobrimento
Porto Seguro – Passarela do Descobrimento, le restaurant où nous avons diné le premier soir…
Porto Seguro – Passarela do Descobrimento

Jeudi 29 décembre

Et rebelote, dès 8h, on continue à s’acharner avec Airbnb pour obtenir remboursement et dédommagement. La communication n’est pas aisée à établir, et finalement, il nous faudra la journée pour qu’un accord soit trouvé, après des dizaines de messages envoyés…

Entre deux échanges, nous allons tout de même visiter la ville historique de Porto Seguro – la cidade alta – qui se trouve sur une colline dominant la mer et le centre.

Porto Seguro – Vue sur le centre depuis la ville historique
Porto Seguro – Vue sur les plages du nord depuis la ville historique

C’est assez émouvant de se dire que l’on arpente ici la toute première ville de l’histoire du Brésil, fondée en 1503 ! En effet, trois ans auparavant, c’est quelques kilomètres plus au nord – à l’endroit de l’actuelle Praia de Coroa Vermelha – que Pedro Alvares Cabral et l’expédition portugaise qu’il commandait, accostèrent le 22 avril 1500, prenant officiellement possession du territoire au nom de la couronne portugaise.

Porto Seguro – Ville historique – C’est sur cette place verdoyante qu’est installé le Marco do Descobrimento, une longue stèle en marbre installée en 1503 pour marquer la prise de possession du Brésil.
Porto Seguro – Ville historique

La rue principale est bordée de demeures coloniales édifiées entre le XVIe et le XVIIIe siècle. A l’époque, il n’y avait pas de numéros de rue, c’est la couleur de la maison qui déterminait à qui elle appartenait !

Porto Seguro – Ville historique
Porto Seguro – Ville historique
Porto Seguro – Ville historique
Porto Seguro – Ville historique
Porto Seguro – Ville historique
Porto Seguro – Ville historique – Aussi surprenant que cela puisse paraitre, les quelques magasins de souvenirs et cafés de cette cidade alta ne dénaturent pas le site, ils apportent même une touche de couleur qui s’assortit bien avec les façades des maisons !

On avait prévu de visiter un petit musée et l’intérieur des églises, mais malheureusement tout est fermé. On se contente donc des extérieurs, mais néanmoins on apprécie beaucoup l’ambiance dégagée par ce site dont on ressent parfaitement le poids historique !

Porto Seguro – Ville historique

On retrouve le bord de mer en empruntant un large escalier qui traverse la forêt, puis on rejoint un arrêt de bus, l’objectif étant maintenant de découvrir Santa Cruz Cabrália puis, au retour, la Praia de Coroa Vermelha. Mais après plus d’une heure d’attente sans voir le moindre bus arriver pour ces destinations – nous sommes loin d’être seuls, une trentaine de personnes patientent aussi – nous renonçons à ces deux visites, déçus… Décidément, depuis que nous sommes arrivés à Porto Seguro, les déconvenues s’accumulent !

Finalement, c’est à petite vitesse – je me répète, mais il fait très chaud – que nous retournons à notre pousada où nous passons l’après-midi au frais – et bien sûr, j’en profite pour continuer mes échanges de plus en plus tendus avec Airbnb ! Dans la soirée, nous arpentons une nouvelle fois la Passarela do Descobrimento, et nous dinons dans une churrasqueira – viande grillée et bel assortiment de crudités, un menu que l’on complète par une vraie glace italienne !


Vendredi 30 décembre

Levés très tôt ce matin, nous attrapons la balsa de 7h30, puis embarquons prestement dans un minibus à destination de Trancoso, un village situé à 25km au sud. Et c’est parti pour une heure de route cahotante ! Il est encore tôt quand nous arrivons – à peine 9h – et aucun café n’a encore ouvert ses portes. Nous nous baladons donc autour du Quadrado Historico, la grande place rectangulaire qui a conservé son plan colonial initial. Ainsi, cernant l’immense pelouse, subsistent encore deux rangées de maisons basses et colorées appartenant autrefois aux pêcheurs – et aujourd’hui reconverties en pousadas, restaurants et boutiques d’artisanat.

Trancoso – Quadrado Historico
Trancoso – Quadrado Historico
Trancoso – Quadrado Historico

Dans les années 70, Gilbert Ethèves, français et illustre inconnu présenté comme aventurier, y pose ses bagages ; il sera bientôt suivi par de nombreux hippies, puis par les promoteurs qui flairèrent rapidement le site idéal pour y développer un tourisme chic. Peu à peu, le village, qui n’était alors qu’une ruine sans électricité ni eau courante, se modernise. Et il faut reconnaitre que Trancoso a un charme fou ! D’ailleurs, je crois bien que nous y avons succombé…

Trancoso – Quadrado Historico
Trancoso – Quadrado Historico
Trancoso – Quadrado Historico
Trancoso – Quadrado Historico

Au bout de la pelouse, la jolie petite église, bâtie sur les ruines d’un couvent jésuite, ouvre à l’arrière sur une esplanade verdoyante qui domine la mer. On y fait une longue pause pour déguster, dans un petit stand, eau de coco et ananas.

Trancoso – Quadrado Historico
Trancoso – Quadrado Historico – Vue splendide sur les plages en contrebas…

Vers 11h30, on se décide enfin à descendre aux plages. On commence par marcher un peu le long de la Praia de Coqueiros : bonne nouvelle, ici l’eau est moins trouble que vers Porto Seguro, et on s’installe dans un petit troquet rustique, posé à l’ombre des arbres. Comme sur toutes les plages brésiliennes, de multiples vendeurs passent nous proposer sandwiches, lunettes de soleil, bracelets et même… langoustes !

Trancoso – Balade sur la plage…
Trancoso – Plage de Coqueiros

Une baignade, une eau de coco et une heure plus tard, nous partons vers la Praia Trancoso. Le site est superbe, entouré d’une belle mangrove où vivent des milliers de crabes rouges et jaunes !

Trancoso – Plage de Trancoso – Ci-dessous, caracara à tête jaune
Trancoso
Trancoso
Trancoso – Dans la mangrove…

Vers 13h30, le soleil tapant de plus en plus fort et les baigneurs débarquant en masse, nous préférons prendre le chemin du retour. Après avoir attendu un bon moment qu’un minibus se remplisse pour démarrer – eh oui, c’est parfois pénalisant d’être à contre-courant – nous subissons de nouveau une heure de cahots, dans un véhicule sans clim, aux fenêtres impossibles à ouvrir… Autant dire que l’on est contents de se retrouver à l’air libre sur la balsa !

Comme désormais chaque soir, nous faisons un tour le long de la Passarela do Descobrimento, avant de retourner diner dans le resto Italien de l’avant-veille…

Porto Seguro

Samedi 31 décembre

Petite journée de repos… sauf pour Gérard qui part à la laverie ! Une fois sur place, il s’aperçoit qu’un numéro CPF – le sésame fiscal de tous les Brésiliens – est exigé pour lancer la machine : heureusement, une charmante dame lui donne le sien, et notre linge peut être lavé ! Vers midi, nous faisons un tour en ville, il fait très chaud – bis repetita, je sais – et le front de mer est désert : tout le monde est parti à la plage ! Nous aurions pu retenter d’attraper un bus pour le nord – seul secteur que nous n’avons pas pu voir. Mais nous ne voyons aucun bus, et finalement, n’avons aucune envie de prendre un bain de foule. Nous bullons donc une bonne partie de l’après-midi, et en début de soirée, vêtus de nos plus beaux habits blancs – comme le veut la coutume brésilienne pour passer à la nouvelle année – nous partons réveillonner. Cette fois, nous optons pour un bobó de camarão, un savoureux plat de crevettes au lait de coco, accompagné de purée de manioc, de riz et d’une salade.

Porto Seguro – Bobó de camarão en guise de diner de réveillon !

Après un retour d’une heure à la pousada pour passer quelques coups de téléphone en France – où minuit a déjà sonné – nous retournons sur la Passarela do Descobrimento. Elle se remplit peu à peu… Toutefois, nous sommes assez surpris de ne voir personne danser : malgré la grande scène et l’orchestre, tout le monde semble attendre, sagement assis, les douze coups de minuit ! Finalement, c’est ce que nous faisons aussi, et alors que retentissent les premiers pétards, c’est sous les gerbes lumineuses du feu d’artifice que nous rentrons nous coucher, à l’aube de cette nouvelle année 2023 !

Porto Seguro – A 20h, les lieux sont encore déserts…
Porto Seguro – Trois heures plus tard, vers 23h, il y a nettement plus de monde !
Porto Seguro – Sagement assis en attendant la nouvelle année !
Porto Seguro – Bonne année 2023 !

Dimanche 1er janvier

C’est très tranquillement que nous attaquons ce premier jour de janvier ; j’actualise le blog pendant que Gérard lit. De nouveau on traine une partie de la journée…Espérons que le reste de l’année soit un peu plus actif que ça, cela ne nous ressemble pas de nous encrouter ainsi  !

En fin d’après-midi, nous sortons faire notre tour habituel et diner – aujourd’hui, ce sera de nouveau un plat de pâtes, au Restaurante Canto Italiano, probablement notre préféré parmi tous ceux testés en ville. Sur le chemin du retour, nous croisons une statue vivante qui, contrairement à celles vues en Europe ou aux US, s’anime tel un automate dès que l’on glisse un billet dans la boite : malin !

Dernière soirée à Porto Seguro

Ce séjour à Porto Seguro demeurera en demi-teinte dans nos esprits car il a été perturbé dès le départ par l’arnaque du logement Airbnb. Ajouté à cela que les bus locaux que nous souhaitions prendre pour explorer les plages et villages au nord de la ville ne sont jamais passés, que les plages avaient été temporairement sinistrées par la tempête, et qu’il y avait foule un peu partout à cause des fêtes de fin d’année, nous avons eu l’impression de ne pas profiter pleinement de cette étape. Néanmoins, nous avons beaucoup apprécié la ville historique de Porto Seguro ainsi que le charmant village de Trancoso, tout comme nos balades sur les plages du sud…

Demain, nous quitterons Porto Seguro, et le Bahia, par le bus de 16h30 qui, en 17h de voyage, devrait nous mener à Belo Horizonte pour deux nuits, le temps de visiter l’Instituto de Arte Contemporânea Inhotim, un musée en plein air consacré à l’Art. Nous serons donc dans le Minas Gerais pour de nouvelles aventures ponctuées, on s’en doute, de découvertes inédites !


  • INFOS PRATIQUES
  • Arriver à Porto Seguro depuis Itacare : très peu de bus directs ; attention, pendant les fêtes, il n’y avait pas de départs prévus entre le 28 décembre et le 1er janvier. Départ à 13h20 d’Itacare, arrivée à Porto Seguro vers 22h, 26€ par personne, résa via Busbud. La gare routière est très excentrée, bus possibles (pas testés), taxi pour le centre R$30.
  • Hébergement : Pousada Cores da Passarela, idéalement située à 1mn à pied de la Passarela do Descobrimento (restaurants, bar) et à 5mn de la balsa pour traverser la rivière. Bus pour les plages du nord au coin de la rue (quand ils passent !). Accueil sympathique et compétent. Wifi très efficace. Petit-déjeuner correct inclus. Chambre double un peu rudimentaire, salle de bain, clim. 37€ la nuit avant le 28/12, 120€ pendant les fêtes (tarif complètement surestimé !). Résa via Booking pour les 2 premières nuits, en direct après.
  • A voir / A faire :
    • Balade dans Porto Seguro, en soirée le long de la Passarela do Descobrimento (bars, restaurants, street-food), ne pas y aller dans la journée, tout est fermé !
    • Visite de la ville historique, un peu excentrée et sur une colline, entrée libre. A ne pas rater ! Normalement, il y a un petit musée à visiter et deux églises, mais tous étaient fermés lors de notre passage. Accès en taxi, R$30 depuis notre pousada. Descente à pied vers le bord de mer pour retour au centre (ne pas emprunter cet itinéraire de nuit, préférer le taxi).
    • Balade à Arraial d’Ajuda, joli petit village, restaurants, boutiques, cadre agréable. Depuis Porto Seguro, accès par la balsa (bac), départ toutes les 10mn, toutes les heures la nuit, R$5.40 l’aller, le retour est gratuit + minibus pour le village, départ juste à côté de l’arrivée de la balsa, R$5 AS.
    • Balade à pied sur les plages en contrebas d’ Arraial d’Ajuda, compter environ 4km pour rejoindre l’embouchure du fleuve et la balsa. Agréable. Possibilité de baignade (quand la mer n’est pas envahie d’algues et de débris à cause de la tempête), restaurant agréable à mi-parcours.
    • Balade à Trancoso, notre coup de cœur ! Joli village un peu bobo, avec maisons colorées, restos, boutiques de qualité. Ne pas rater le point de vue sur la mer derrière l’église (en plus, il y a un très bon stand avec de l’ananas frais et du jus de coco). Descente à la plage par chemin vers l’église. Balade sur la plage, nous sommes d’abord allés vers la droite (pour aller dans le petit bistrot sous les arbres, il faut dépasser tous les autres cafés / restaurants), puis ensuite nous nous sommes promenés sur la partie gauche (très bel endroit, mangrove). Accès à Trancoso par balsa + minibus, R$16 AS, durée 1h. On s’est fait déposer au centre historique (en haut) et on l’a repris vers la plage. Prévoir un peu d’attente aux heures creuses, le temps que le véhicule se remplisse !
    • A voir également (mais pas testé faute de bus) : balade à Santa Cruz Cabrália, à la Praia de Coroa Vermelha et sur les plages situées quelques kilomètres au nord de Porto Seguro. Également, excursion possible jusqu’à une très belle plage située une vingtaine de kilomètres au sud de Trancoso (pas d’accès route).
  • Quitter Porto Seguro pour Belo Horizonte : quelques départs par jours, nous avons opté pour un départ à 16h30, arrivée à 9h40 le lendemain, 93€ par personne en cama (confort supérieur), résa via Busbud.

2 réflexions au sujet de « Fin d’année à Porto Seguro, le berceau du Brésil… »

  1. Coucou les brésiliens en Tanga !
    C’est vrai qu’il semble y avoir foule là où vous êtes ( peut-être un lien de cause à effet ?) Mais la ville et ne village semblent très jolis sous le soleil. Nous espérons que vous êtes bien arrivés à votre nouvelle étape et que n’avez pas eu d’autre mauvaise surprise de logement. Après avoir visité Tikal hier, avec un départ dans la nuit (!) Nous récidivons demain pour un départ à 6h en direction d’Antigua… En route pour de nouvelles aventures !
    Bises
    la team Topette !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s