A vélo ou à pied, tous les chemins mènent au Monastère Sant Pere de Rodes !

Vendredi 29 janvier

Pour ne pas changer – et parce que c’est la seule manière, avec la marche, de quitter la commune confinée en toute légalité – c’est à vélo que nous partons pour Palau-Saverdera, un village situé à 5km de Roses. En chemin, de drôles de lianes enroulées autour de plusieurs arbres, et chargées de gros fruits, nous interpellent. On dirait une plante parasite… Mais laquelle ? Après recherches et interrogation de notre ami Michel, spécialiste en la matière, il s’avère que ces lianes sont des Araujias sericiferas, des plantes plutôt envahissantes et indésirables qui capturent les insectes pollinisateurs dans leurs fleurs.

Après cette pause botanique, on arrive à Palau-Saverdera où on fait un tour dans l’agréable centre ancien. Côté curiosités architecturales, il ne faut pas louper l’église romane de San Juan, datant du XIe siècle et surmontée par un beau clocher-mur. Puis en remontant la rue principale, on découvre deux jolies maisons colorées dont le style nous rappelle celui du Mexique ; encore plus haut – oui, ça grimpe un peu, le bourg s’étalant au pied de la sierra de Verdera – on découvre, sur la façade d’une grosse bâtisse de pierre, les œuvres d’un sculpteur local. Original !

Palau-Saverdera
Palau-Saverdera

Dernier arrêt devant un bel amandier sauvage en fleurs, puis on continue notre route jusqu’à Pau, où là encore, l’église romane rappelle que le bourg était déjà habité au XIe siècle.

Palau-Saverdera – Amandier en fleur

Néanmoins, ce qui attire surtout notre attention ici, c’est la très belle coopérative proposant huile d’olive, vin local et autres bons produits régionaux. On ne résiste pas longtemps à la tentation, et on repart chargés de terrines, huile, biscuits, olives, et même… d’un cubi de 15l de vin rosé – oui, il n’y avait pas plus petit !

Pau – Coopérative

Pour poursuivre sur le même rythme cette journée qui s’annonce gastronomique, on décide – une fois toutes nos courses posées au camping-car – de déjeuner au restaurant du camping. Pas de bol, la terrasse de celui-ci affiche complet. On change nos plans, et on file au ROM, un établissement un peu chic qui offre un menu dégustation à 24.50€. Là, idéalement installés face à la mer, on teste friture d’œufs de seiches et texture de morue, magret de canard et Abanico ibérique, des spécialités catalanes revisitées par un chef audacieux. Un régal tant pour les yeux que pour les papilles ! Et surtout pour nous, l’occasion de goûter des plats que je ne tenterais pas dans un camping-car !

Du samedi 30 janvier au lundi 1er février

Petites journées tranquilles pour cause de météo incertaine… Dimanche, je profite de ce temps sans grande activité physique pour passer en cuisine et concocter un risotto aux courgettes et crevettes, suivi d’un clafoutis aux cerises. Gérard, lui, passe en vaisselle ! Et pour digérer, il enchaine avec un tour à vélo et rapporte une belle branche de mimosa qui agrémente joliment notre vase de Caltagirone…

Mardi 2 février

Avec le retour du soleil, on reprend du service ! Vers 10h, on enfourche nos fidèles montures et on prend la direction de Vilajuïga, un village situé après Pau, d’où on bifurque vers le monastère de Sant Pere de Rodes. A partir de là, les choses se corsent un peu car la route est bien pentue, et je tire mon chapeau à Gérard qui grimpe avec un vélo « normal » – comprenez, sans assistance électrique !

Rando à vélo Roses / Monastère Sant Pere de Rodes

Le paysage est de toute beauté – nous évoluons dans le sublime Parc naturel du Cap de Creus – et on oublie vite l’importance du dénivelé. On fait plusieurs pauses, plus pour admirer la vue qui s’étend jusqu’aux Pyrénées que pour reprendre notre souffle, d’ailleurs. La région étant riche en mégalithes, on tombe même sur un beau dolmen posé à seulement quelques dizaines de mètres de la route. On aurait pu en observer de nombreux autres, mais il aurait alors fallu suivre une boucle nécessitant deux ou trois heures de marche, une balade que l’on réserve pour le mois de mars, quand la végétation sera en fleurs.

Rando à vélo Roses / Monastère Sant Pere de Rodes – Vue sur les Pyrénées
Rando à vélo Roses / Monastère Sant Pere de Rodes – Dolmen
Rando à vélo Roses / Monastère Sant Pere de Rodes

Deux kilomètres avant d’atteindre notre but, on effectue un ultime arrêt à Mas Ventos, un site très agréable – probablement une ancienne ferme – qui domine la baie de Roses. On a un gros coup de cœur pour ce lieu où les pins dominent, et on se promet d’y revenir à pied cette fois, de Palau.

Rando à vélo Roses / Monastère Sant Pere de Rodes – Mas Ventos

Allez, encore quelques coups de pédale et le monastère Sant Pere de Rodes est en vue ! Ouf, c’est finalement sans trop de difficultés que l’on aura gravi ces vingt kilomètres pour 540m de dénivelé positif. On pose nos vélos, et on commence par monter jusqu’à l’Ermitage de Santa Helena de Rodes – aussi appelé église Santa Creu – un magnifique édifice préroman qui offre un panorama imprenable sur la baie du Port de la Selva. Et hop, un second coup de cœur, et un spot idéal pour un pique-nique « avec vue » !

Rando à vélo Roses / Monastère Sant Pere de Rodes – Ermitage Santa Helena
Rando à vélo Roses / Monastère Sant Pere de Rodes – Vue sur Port de la Selva
Rando à vélo Roses / Monastère Sant Pere de Rodes – Zoom sur Port de la Selva
Rando à vélo Roses / Monastère Sant Pere de Rodes – Vue sur Llançà et le cap Cerbère au fond…

En redescendant, on ne manque pas de repérer les ruines d’un ancien village. Et là, on comprend bien la triple fonction du site global de Sant Pere de Rodes qui recense en un même périmètre les trois corps représentatifs de la société de l’époque :  les oratores – ceux qui prient – dans le monastère, les laboratores – ceux qui travaillent – dans le village, et enfin les bellatores – ceux qui guerroient – dans le château Sant Salvador de Verdera dont il ne subsiste aujourd’hui que des ruines.

On visite ensuite le fameux monastère bénédictin Sant Pere de Rodes : si on ignore son origine exacte, la première documentation officielle de l’existence du bâtiment date cependant de l’année 878. Le site atteint son apogée entre les XIe et XIIe siècles, et devient à cette époque un lieu de pèlerinage réputé. Abandonné en 1793 par la communauté bénédictine, il faut attendre 1935 pour que les premières restaurations de l’édifice – très endommagé – soient entreprises. 

Rando à vélo Roses / Monastère Sant Pere de Rodes

L’église – au plan en croix et aux trois nefs – est très dépouillée, mais elle interpelle le visiteur avec sa double colonnade et ses chapiteaux d’influence corinthienne. Plus loin, le cloitre est dominé par une haute tour de défense à laquelle on ne peut toutefois pas accéder. Mais une fois de plus, on profite de la vue sublime sur la Méditerranée – et même au loin la France ! – depuis l’une des terrasses de l’édifice.

Rando à vélo Roses / Monastère Sant Pere de Rodes
Rando à vélo Roses / Monastère Sant Pere de Rodes
Rando à vélo Roses / Monastère Sant Pere de Rodes

Vers 13h30, on reprend nos vélos : la descente n’est qu’une formalité qui s’effectue en à peine trois coups de pédale. Reposant ! Vers Vilajuïga, on prend tout de même le temps de s’arrêter pour photographier une belle girouette arborant fièrement le drapeau catalan

Mardi 3 février

De nouveau la météo s’annonce printanière. Alors, on n’hésite pas et on enchaine avec une rando pédestre dans la sierra de Verdera, histoire d’envisager le secteur sous tous ses angles ! On part donc d’abord à vélo jusqu’à Palau-Saverdera et on gare nos montures au parking de Font de dalt, en haut du village. C’est ici que débute la balade et pour une fois, on trouve assez facilement le sentier qui rejoint directement Mas Ventos – un itinéraire en boucle fléché n°8. 

Rando Palau / Col de Mosquit via Mas Ventos

Comme hier, le paysage est magnifique ! Le sentier, bien que très pentu, n’est pas désagréable à arpenter, et même s’il est caillouteux à souhait – on retrouve nos marches de pierre du Tessin ! – l’emprunter à la montée est relativement facile.

Rando Palau / Col de Mosquit via Mas Ventos – Encore une jolie vue sur les Pyrénées…
Rando Palau / Col de Mosquit via Mas Ventos – Agréable !
Rando Palau / Col de Mosquit via Mas Ventos – Abrupt, non ?

Une heure quinze plus tard, on arrive à Mas Ventos : nos jambes n’ayant presque pas ressenti les 360m de dénivelé positif grimpés, nous ne sommes pas du tout fatigués. Ce serait donc dommage de s’arrêter là…

Rando Palau / Col de Mosquit via Mas Ventos

Alors, après une courte pause – la vue est magnifique, il ne faut pas l’oublier ! – on décide de pousser jusqu’au col de Mosquit, en direction des ruines du Castell Sant Salvador de Verdera. On emprunte donc une large piste forestière bordée d’une belle végétation. Là encore, ça grimpe dur, mais au moins, le sol est régulier et on n’est pas obligé d’avoir le nez constamment rivé sur nos pieds !

Rando Palau / Col de Mosquit via Mas Ventos

Après 45mn de montée, la piste s’arrête brutalement : nous sommes quasiment à l’aplomb du monastère Sant Pere de Rodes, et en face, les ruines du castell, plantées sur un piton rocheux, n’ont jamais été aussi proches de nous !

Rando Palau / Col de Mosquit via Mas Ventos – Vue plongeante sur le monastère Sant Pere de Rodes et la baie de Port de la Selva
Rando Palau / Col de Mosquit via Mas Ventos – Zoom sur le monastère

Encore quelques minutes d’effort – on retrouve un sentier étroit et rocheux – et on parvient au col de Mosquit. De ce promontoire pas bien large, on domine d’un côté la baie de Roses, et de l’autre la baie de Port de la Selva. Magnifique !

Rando Palau / Col de Mosquit via Mas Ventos – Vue sur la baie de Roses et, au loin, les iles Medes

Après une pause pique-nique bien méritée, on redescend jusqu’à Mas Ventos par la même piste forestière. On aurait pu faire un crochet par Santa Helena, mais comme on a déjà visité le site hier, on zappe. Arrivés à Mas Ventos, on reprend l’itinéraire de la boucle n°8, et de nouveau, on suit une large piste très reposante pour les pieds qui nous conduit à l’Ermitage San Onofre, un petit édifice tout blanc, accroché à flanc de falaise, qui se repère de loin – on le voit même du camping !

Rando Palau / Col de Mosquit via Mas Ventos – Les ruines du château vues depuis l’Ermitage San Onofre
Rando Palau / Col de Mosquit via Mas Ventos – L’Ermitage San Onofre

Une fois dépassé l’ermitage, c’en est fini de la confortable piste : place à un sentier très rocheux qui dévale assez rapidement la dernière partie de cette belle rando. Là encore, on ne se lasse pas du beau panorama sur cette sierra que l’on aura eu le loisir d’admirer de près ces deux jours…

Rando Palau / Col de Mosquit via Mas Ventos – Vue sur l’Ermitage San Onofre
Rando Palau / Col de Mosquit via Mas Ventos – Presque arrivés à Palau !

A 14h30, on retrouve nos vélos, et en une vingtaine de minutes, on regagne le camping, ravis de la magnifique balade que l’on vient de réaliser. Je me répète peut-être, mais je l’affirme, jamais nous n’aurions imaginé que la région de Roses recèle de si belles opportunités de sorties : de véritables pépites pour les amoureux de la nature que nous sommes !

  • INFOS PRATIQUES
  • Camping Joncar Mar, Roses. Idéalement placé, à 100m de la mer, 10mn à pied du centre-ville et autant des supermarchés. Accueil très sympathique. Sanitaires propres et chauffés. Restaurant et épicerie ouverts toute l’année. Piscine en saison. Wifi efficace, payant (15€ les 50h, autres forfaits moins chers possibles). Electricité 6A (mais possibilité d’obtenir une seconde prise pour 50€ / mois). Environ 11.50€ la nuit, pour 2 adultes, 1 camping-car, l’électricité et les taxes dans le cadre d’un long séjour. On recommande !
  • Office de Tourisme de Roses, en semaine 10h-14h & 15h-18h, le we 10h-13h. Accueil sympathique et compétent. Brochures et cartes gratuites pour les randonnées à pied / à vélo dans les environs.
  • Balade à vélo Roses => Monastère de Sant Pere de Rodes, 40km AR, 620m+ sur l’AR (dont 570m+ à l’aller) – Attention, il faut impérativement emprunter la route à hauteur de Viljuïga, c’est la seule qui rejoint le site depuis Roses. Ne surtout pas suivre les recommandations de Google map qui suggère de passer par les chemins depuis Palau-Saverdera car ils sont totalement inaccessibles aux cycles, même aux VTT !
  • Monastère de Sant Pere de Rodes, 9h-17h (en hiver), fermé le lundi, 6€ – Dans le secteur, ne pas rater le site de Santa Helena tout proche. Parking possible pour les véhicules (et je pense aussi pour les camping-cars en contrebas du monastère, avec un gros véhicule ne pas s’aventurer sur la route proche de Santa Helena).
  • Rando Palau-Saverdera => Col de Mosquit (en surplomb du monastère, via Mas Ventos), 10.5km, 540m+ – Au départ du parking de Font de dalt, suivre la boucle n°8 (sentier de gauche) jusqu’à Mas Ventos, et enchainer par la piste forestière jusqu’au col de Mosquit. Là, possibilité d’aller jusqu’aux ruines du château (mais a priori, itinéraire assez aérien), au monastère ou à Santa Helena. Le retour se fait par le même chemin jusqu’à Mas Ventos, puis bifurque ensuite vers l’ermitage San Onofre. Rando de niveau intermédiaire, avec parfois des sentiers un peu technique car très rocheux. A réserver aux randonneurs entrainés. Pour info, nous avons mis 4h30 pour effectuer la boucle complète, pauses incluses.
  • Bon à savoir : il est possible de rejoindre Mas Ventos – ou même le bas du monastère – en véhicule et d’effectuer une boucle plus courte.

4 réflexions au sujet de « A vélo ou à pied, tous les chemins mènent au Monastère Sant Pere de Rodes ! »

Répondre à Dominique Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s