Une journée à Caltagirone, la capitale sicilienne de la céramique

Mardi 4 février

Encore un petit départ bien matinal comme on les aime, vers 7h30… Et ce sont des ruelles très endormies que l’on traverse pour sortir de la vieille ville de Raguse et rejoindre Caltagirone, la capitale sicilienne de la céramique. La route est agréable, on traverse des paysages bien différents de ceux observés ces derniers jours : ici, les collines sont douces et les champs sont délimités par des murets en pierre sèche bien taillée.

Italie - 1469
De Raguse à Caltagirone – Tous les champs sont sillonnés de murets en pierre sèche taillée

Une heure plus tard, on arrive aux portes du cœur historique de Caltagirone. Comme il est beaucoup trop tôt pour prendre possession de notre logement, on commence par se balader dans le parc de la Villa Communale. La balustrade qui le sépare de la via Roma est magnifique car elle est ornée de nombreux vases, tous différents.

Italie - 1476
Caltagirone – Entre le jardin de la Villa Communale et la via Roma
Italie - 1474
Caltagirone – Jardin de la Villa Communale

A 9h, on est les premiers visiteurs du Museo della Ceramica ! La collection, qui présente des objets datant de l’Antiquité au début du XXe siècle, est riche mais malheureusement assez mal mise en valeur. Résultat, on peine à bien distinguer chaque pièce entre les reflets des vitrines et le manque d’éclairage…

Italie - 1482
Caltagirone – Musée de la Céramique
Italie - 1486
Caltagirone – Musée de la Céramique
Italie - 1494
Caltagirone – Musée de la Céramique

Néanmoins, on comprend rapidement que c’est l’abondance de l’argile dans la région qui a encouragé le développement de la poterie, et ce depuis l’époque grecque. Mais ce sont aux Arabes – arrivés ici au IXe siècle – que l’on doit la glaçure, une technique de vernissage qui rend également les objets imperméables. C’est à cette époque que les décors des poteries se parent de motifs raffinés, déclinés principalement dans les bleus, verts et jaunes. Malgré un changement de style avec l’arrivée des Espagnols qui préfèrent les peintures monochromes aux tons bruns ou bleus et les représentations religieuses, la production continue de s’étoffer jusqu’au XIXe siècle, date à laquelle on constate un certain déclin. A cette époque, on ne fabrique plus que des santons de crèche que, soit-dit en passant, on trouve d’un remarquable réalisme.

Italie - 1489
Caltagirone – Musée de la Céramique
Italie - 1492
Caltagirone – Musée de la Céramique

Histoire de rester dans le thème de la céramique, on enchaine avec la visite de plusieurs boutiques dédiées à cet artisanat. La production offerte est originale et soignée, et on a un petit – gros ? – faible pour les superbes têtes de Maures.

Italie - 1512
Caltagirone
Italie - 1500
Caltagirone – Des têtes de Maures par centaines !
Italie - 1501
Caltagirone

On a la chance d’observer un artisan au travail et de discuter avec lui. Les pièces qu’il crée sont toutes réalisées à la main, et on aime beaucoup ses poteries originales qui se démarquent de modèles classiques. On craque pour une jolie petite tête de femme qui ne sera pas trop grande pour trouver une place dans le camping-car !

Italie - 1507
Caltagirone
Italie - 1508
Caltagirone

Dans un article consacré à Acireale, en décembre dernier, j’avais raconté la légende à l’origine de ces belles poteries dont les premières remonteraient à l’an mil, et je ne peux m’empêcher de la recopier ici : pendant la domination arabe en Sicile, dans le quartier arabe de Palerme vivait une très belle jeune fille qui passait ses journées à cultiver et soigner les fleurs de son balcon. Un jour passa un jeune maure qui s’éprit de sa beauté et lui déclara son amour éternel. La jeune fille répondit à son amour, mais lorsqu’elle apprit que le maure voulait retourner chez sa femme et ses enfants, elle attendit la nuit et, pendant son sommeil, lui coupa la tête ! Elle en fit un vase dans lequel elle planta du basilic qu’elle mit sur son balcon. Le basilic vigoureux éveilla l’envie des habitants du quartier qui firent fabriquer des vases en terre cuite en forme de « tête de maure »…

Italie - 1498
Caltagirone
Italie - 1505
Caltagirone
Italie - 1506
Caltagirone

Vers 11h30, on fait une pause pour récupérer les clés de notre logement pour une nuit. Coup de bol, on peut se garer sous le balcon : étant donnée la configuration étroite de la ruelle et de la mini-placette, ce n’était pas gagné ! L’appartement – comme tous ceux où on a dormi ces derniers jours – est impeccable, bien aménagé et situé en plein centre-ville. Et comme toujours, l’hôte est charmant et sympathique. C’est d’ailleurs une constante chez tous les Siciliens rencontrés : un contact facile et souriant, quel que soit le cadre de la rencontre…  Autant dire que l’on apprécie grandement et on n’hésite pas à leur décerner la palme de « population la plus accueillante d’Europe » ! Une fois les clés en poche et les bagages déposés, on fait un petit tour sur la Piazza Umberto I – en travaux – dominée par le Duomo di San Giuliano. Puis on déjeune dans un petit bistrot à la déco originale.

Italie - 1503
Caltagirone – Duomo di San Giulano
Italie - 1513
Caltagirone – Pause déjeuner !

Le ventre plein, il nous reste à nous attaquer au monument le plus célèbre de la ville, à savoir la Scala di Santa Maria del Monte. Cet escalier monumental a été construit au XVIIe siècle pour relier la cité ancienne, siège du pouvoir religieux, à la ville « moderne » située en contrebas.

Italie - 1514
Caltagirone – La Scala di Santa Maria del Monte – Impressionnant, non ?
Italie - 1515
Caltagirone – La Scala di Santa Maria del Monte
Italie - 1518
Caltagirone – La Scala di Santa Maria del Monte

On prend tout notre temps pour gravir les 142 marches en pierre de lave, non parce que c’est difficile, mais tout simplement car toutes arborent des carreaux en majolique polychrome, c’est-à-dire en terre cuite recouverte d’émaux métalliques. Absolument superbe !

Italie - 1521
Caltagirone – La Scala di Santa Maria del Monte
Italie - 1523
Caltagirone – La Scala di Santa Maria del Monte
Italie - 1528
Caltagirone – La Scala di Santa Maria del Monte

Les motifs qui ornent ces marches sont variés et puisent leur inspiration dans l’histoire arabe, normande, espagnole, baroque et moderne de la ville. Un vrai régal pour le photographe !

Italie - 1537
Caltagirone – La Scala di Santa Maria del Monte
Italie - 1538
Caltagirone – Eglise di Santa Maria del Monte

Vers 14h30, on est de retour dans notre appartement et on s’offre une après-midi « détente » ! Demain marque la fin de notre tour en voiture dans le sud-est de la Sicile, et on rentrera à Palerme via la Villa Romaine del Casale

INFOS PRATIQUES

  • Logement : Liz Houses, situé au cœur de la vieille ville, non loin de la cathédrale. Possibilité de se garer sous le balcon (avec de la chance !). Bel appartement bien équipé, confortable et impeccable. Terrasse et balcon. Wifi. Hôte charmant et sympathique, très réactif. Une bonne adresse ! 39€ la nuit via Booking.com
  • Museo Regionale della Ceramica, 9h-18h30, 4€. Belle collection mais muséographie un peu vieillotte. Dommage ! Prévoir entre 30mn et 1h de visite.

2 réflexions au sujet de « Une journée à Caltagirone, la capitale sicilienne de la céramique »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s