Découverte de l’Art Institute of Chicago, un des plus beaux musées du monde

Lundi 6 mai

Après un réveil un peu plus tardif que la veille – ouf ! – on prend notre habituel bus J14 qui nous dépose quasiment devant l’Art Institute of Chicago. Pratique, d’autant que le ciel commence à s’assombrir. A 10h30, les portes s’ouvrent enfin, et on est les premiers à pénétrer dans ce sanctuaire de l’Art…

USA Centre - 75
Art Institute of Chicago

Deuxième plus grand musée d’art du pays après le Metropolitan Museum of Art de New York, il abrite l’une des plus importantes collections des États-Unis. Ouvert au public en 1879, puis déplacé dans le bâtiment actuel lors de l’Exposition universelle de 1893, il a encore été agrandi en 2005 portant ainsi sa superficie totale à presque 100.000m2. Autant dire que l’on ne verra pas tout !

USA Centre - 113-1
Art Institute of Chicago – Sculpture de Marino Marini

On commence la visite par la nouvelle aile – Modern Wing – qui abrite la collection moderne, estimée être la troisième plus importante après celles du Centre Pompidou à Paris et du MoMA à New York. On file directement au 3ème étage, à la section Modern Art dédiée aux œuvres internationales de la première moitié du XXe siècle. Bon, pour une fois, soyons un peu chauvins, ici, c’est surtout la production d’artistes européens qui est exposée – et ce, pour notre plus grand plaisir !

USA Centre - 114
Art Institute of Chicago – Maurice de Vlaminck
USA Centre - 115
Art Institute of Chicago – Douanier Rousseau
USA Centre - 117
Art Institute of Chicago – Henri Matisse
USA Centre - 137-1
Art Institute of Chicago – Salvador Dali (détail)
USA Centre - 140
Art Institute of Chicago – Superbe jeu d’échecs créé par Man Ray
USA Centre - 127
Art Institute of Chicago – Ernst Ludwig Kirchner

Sans surprise, on a de gros coups de cœur pour les œuvres de Chagall, Picasso et Modigliani… Des valeurs sûres un peu classiques certes, mais dont on ne se lasse jamais !

USA Centre - 123-2
Art Institute of Chicago – Pablo Picasso

Après plus d’une heure passée à arpenter ces sept superbes salles, on descend d’un niveau pour rejoindre la section Contemporary Art consacrée aux créations plus récentes de la seconde moitié du XXe siècle. Comme souvent, on « bloque » un peu devant l’abstraction absolue de certaines œuvres… En effet, difficile de comprendre vraiment le message que souhaite faire passer Jackson Pollock dans sa toile intitulée Number 17A, le titre ne nous éclairant guère sur son intention ! En creusant un peu, j’ai découvert que c’était sa femme Lee Krasner, peintre elle-aussi, qui lui avait conseillé de numéroter les toiles plutôt que de leur donner un nom conventionnel, la neutralité des nombres étant censée faciliter l’approche de l’œuvre qui se doit d’être observée pour ce qu’elle est, de manière brute et basique, et non par le biais d’un titre qui influe et biaise la perception. Finalement, c’est un point de vue loin d’être idiot : en effet, pourquoi toujours s’acharner à comprendre le sens d’un tableau ? Néanmoins, même en comprenant la démarche, le style de Pollock nous inspire toujours aussi peu !

USA Centre - 147
Art Institute of Chicago – Jackson Pollock

En revanche – et à la différence de Gérard – j’aime assez le style pop Art, un mouvement initié dans les années 50 en Grande-Bretagne, dont le grand public connait principalement la version américaine, avec les créations graphiques et colorées d’Andy Warhol et de Roy Lichtenstein.

Alors que l’on cherche à rejoindre les salles consacrées aux Impressionnistes, une erreur de parcours dans la section Architecture and Design nous fait tomber sur un drôle de monobloc en polyester armé de fibre de verre :  immédiatement, je reconnais la salle de bains de mon enfance, créée par Charlotte Perriand et installée dans tous les appartements des Arcs, en Savoie. Séquence nostalgie… et pensée pour cette grande dame qui a révolutionné le monde de l’architecture par sa conception résolument dépouillée et très utilitaire du mobilier. Accompagnant le fameux bloc « salle de bain », il y a aussi une intéressante vidéo sur les Arcs, nous rappelant les nombreuses années passées dans cette station de ski.

USA Centre - 152
Art Institute of Chicago – Pas de doute, c’est bien un bloc « salle de bain » créé par Charlotte Perriand dans les années 70, pour équiper les appartements des Arcs, en Savoie

Ayant enfin retrouvé notre chemin, on arrive enfin aux salles où sont exposées les toiles impressionnistes. Là, on en prend plein les yeux avec Gauguin, Monet et surtout Renoir, dont les couleurs explosent de luminosité.

USA Centre - 155
Art Institute of Chicago – Paul Gauguin

On est également ravis de revoir La Chambre de Van Gogh à Arles, un tableau réalisé en trois exemplaires par l’artiste, et exposé à Amsterdam, Paris et Chicago. A ce propos, on se rend compte que les peintres de l’époque répètent souvent un thème dans de nombreuses toiles, comme par exemple Monet dans la série des Meules, comptant tout de même 25 tableaux quasi-similaires où seul l’éclairage varie légèrement d’une réalisation à l’autre. L’artiste semble même être le spécialiste du genre, avec ses multiples Ponts japonais au-dessus d’un bassin de nymphéas, et la série des 30 Cathédrales de Rouen !

USA Centre - 165
Art Institute of Chicago – Vincent Van Gogh
USA Centre - 163
Art Institute of Chicago – Vincent Van Gogh

Adoptant un style différent – le pointillismeSeurat nous impressionne avec son tableau Un dimanche après-midi à l’île de la Grande Jatte. Pour l’anecdote, après être passé entre les mains de plusieurs collectionneurs, le tableau a été donné à l’Art Institute of Chicago en 1926 avec une clause interdisant tout prêt extérieur, clause qui a toujours été respectée à l’exception d’une unique fois en 1958, pour une grande rétrospective Seurat organisée à New York en collaboration avec le MoMA.

USA Centre - 168
Art Institute of Chicago – Georges Seurat – Un dimanche après-midi à l’ile de la Grande Jatte

On abandonne à regret les Impressionnistes pour passer assez rapidement dans les galeries dédiées aux œuvres européennes antérieures à 1850. De ces salles, on retiendra surtout deux beaux Turner et quatre portraits de Rembrandt, dont deux sont exposés de manière temporaire jusqu’au 9 juin 2019.

USA Centre - 175
Art Institute of Chicago – William Turner

Il nous reste maintenant à découvrir la collection American Art, scindée en deux époques, avant et après 1900. Ici, John Singer Sargent et Mary Cassat sont à l’honneur et leur style reflète nettement l’influence européenne de la fin du XIXe siècle, les deux artistes ayant passé une partie de leur vie en France.

USA Centre - 189
Art Institute of Chicago – Charles Courtney Curran
USA Centre - 186
Art Institute of Chicago – Eastman Johnson

Parmi les peintres plus contemporains, on remarque également le célèbre American Gothic de Grant Wood dont la raideur des personnages impressionne. Et pourtant, l’artiste voyait dans cette toile une déclaration positive sur les valeurs de l’Amérique rurale à une époque de désillusion. On reste toutefois un peu dubitatif, ne percevant pas vraiment où se cache l’aspect positif dans ce tableau… Dans un genre différent, mais toujours sombre et pas vraiment joyeux, Nighthawks d’Edward Hopper nous plonge dans une Amérique qui respire la solitude… Heureusement, Archibald John Motley, originaire de Chicago, apporte couleur et gaieté avec sa toile Nightlife qui représente l’effervescence d’un cabaret bondé.

USA Centre - 201
Art Institute of Chicago – Edward Hopper
USA Centre - 200
Art Institute of Chicago – Archibald John Motley
USA Centre - 208
Art Institute of Chicago – Rockwelle Kent

Il est maintenant 14h30, et on termine cette superbe visite par un coup d’œil aux vitraux America Windows, réalisés par Chagall. Splendide !

USA Centre - 213
Art Institute of Chicago – Marc Chagall

On a vraiment adoré l’Art Institute of Chicago qui rivalise sans peine avec le MET de New York ou le combo Louvre / Musée d’Orsay / Baubourg de Paris. Il nous aurait fallu plusieurs jours pour découvrir toutes ses salles, notamment celles consacrées aux Arts d’Asie, d’Afrique et d’Amérique, ou encore celles présentant l’Art Grec, Romain et Byzantin. Faute de temps, on a axé notre visite sur la peinture du XIXe et XXe siècle, une fraction du partie du musée qui nous a tout de même demandé plus de quatre heures de visite. Une petite déception tout de même : nous sommes passés voir la célèbre Grande Vague d’Hokusai – elle aussi déclinée en 36 exemplaires sensiblement similaires – dont trois épreuves sont présentées en expo temporaire : d’abord, les tableaux sont bien plus petits que ce que j’imaginais – à peine plus grand qu’un format A4 – et de plus, on n’a pas vu grand-chose à cause d’une lumière assez faible et d’une vitre protégeant les œuvres mais créant des reflets désagréables pour l’observation.

Quand on quitte le musée, on a la grosse surprise de constater que la météo ne s’est pas arrangée : il pleuviote, le vent souffle et on a bien perdu 15°C par rapport à ce matin ! On déjeune non loin – resto japonais, mais plats thaïs ! – et après un dernier petit tour dans le Grant Park, on reprend le bus pour rentrer « chez nous » !

USA Centre - 111
Chicago – Grant Park

Mardi 7 mai

Journée de repos pour cause de météo plus que moyenne : pluie, vent du nord et thermomètre ne dépassant pas les 8°C ! Un ciel qui ne nous incite pas à sortir de notre logement… On en profite donc pour glandouiller un peu, moi devant l’ordi et Gérard scotché à Game Of Thrones, la célèbre série qu’il vient juste de découvrir.

Demain, vers 16h, on quitte Chicago pour New York, à bord d’un bus Greyhound. Durée du trajet estimée à 17h pour parcourir les 1300km : et hop, encore une petite nuit en perspective ! La « petite » boucle autour de New York sera ainsi terminée, annonçant doucement la fin de notre voyage. En effet, après une douzaine de jours passés chez ma fille, dans la Grosse Pomme, nous rejoindrons l’Europe, via l’Islande où nous resterons quatre nuits, le 20 mai prochain

INFOS PRATIQUES

  • Art Institute of Chicago, 10h30-17h, jusqu’à 20h le jeudi, 25$ – Consigne obligatoire pour les sacs à dos, 1$. Prévoir minimum 4h de visite, en ciblant ses objectifs. Photos autorisées, sans flash. Un musée exceptionnel, à ne pas louper lors d’un passage dans la ville.
  • Déplacement à Chicago : bus 2.25$ le billet, payable dans le véhicule, avoir l’appoint / métro 3$ (valable pour deux autres trajets dans les 2h), pass journée 10$, autres pass possibles. Automates aux stations de métro.
  • Hébergement Chicago : Chambre Airbnb, située dans le sud de la ville, à 25mn de bus (J14, direct depuis la gare et le centre) puis 5mn à pied. Quartier résidentiel. Supermarchés un peu éloignés, dans un quartier moins agréable. Maison à la déco un peu kitch, habitée par une famille de Brésiliens. Accueil chaleureux. Chambre spacieuse avec salle de bain privée, télé, wifi, bureau. Cuisine et espaces communs, machine à laver et sécheuse à disposition. 25€ la nuit, une aubaine pour la qualité de la prestation.

5 réflexions au sujet de « Découverte de l’Art Institute of Chicago, un des plus beaux musées du monde »

  1. Grâce à vous, on se croirait presque au musée Art Institute of Chicago ! De belles collections trés variées. Décidément, Chagall est bien présent à Chicago. Cela donne envie de découvrir cette ville. Bonne suite et fin de voyage.

    Aimé par 1 personne

Répondre à emmeneznousauboutdelaterre Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s